Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Alimentation
Le lin : du marketing et de la diététique dans du pain

Les oméga 3 sont à la mode. Le GIE des meuniers normands suit cette tendance. Il propose désormais un pain au lin.

Les meuniers de Normandie lancent la marque "Cybèle". Outre les baguettes de tous les jours et le pain tradition, un nouveau produit apparaît. C'est la véritable innovation : la Cybèle au lin de Normandie. Si le concept existait déjà, notamment avec Banette, Cybèle met en avant la traçabilité de son lin. Les graines proviennent exclusivement de Normandie. Yannick Le Cam gère l'un des cinq moulins adhérents du GIE des meuniers normands. Son entreprise est installée sur la commune d'Etouvy (14). Le lancement de la marque doit permettre de redynamiser le GIE. "Nous étudions cette nouvelle sorte de farine depuis deux ans. La Cybèle remplace la baguette des moulins. C'est aussi un travail marketing. Il fallait apporter quelque chose d'innovant. Le lin de Normandie dispose d'une bonne image", précise le meunier. De la farine de lin normand fabriquée en Bretagne Les moulins surfent sur la vague des oméga 3. Le nouveau produit ne contient en réalité que 10 % de farine de lin. "Il faut cette quantité pour être autorisé à mentionner : naturellement riche en oméga 3. Et nous n'en mettons pas plus car le pain au lin possède déjà une forte identité gustative". Suivant le cahier des charges, le pain au lin apporte ainsi 50 % des besoins journaliers en oméga 3. Les graines sont écrasées dans l'usine Valorex, installée près de Fougères en Ille et Vilaine. Son cœur de métier : le traitement des graines de lin. L'entreprise travaille essentiellement pour l'alimentation animale. Valorex développe également des applications humaines. 'Le lin provient en majorité de Haute Normandie. Nous fournissions déjà une autre marque. Depuis quatre à cinq ans nous développons une application meunerie. Nous utilisons donc des variétés spécifiques à tiges courtes riches en oméga 3", explique Joseph Bordonaro responsable du marché nutrition humaine. A l’état naturel, les oméga 3 contenus dans les graines ne sont pas comestibles par l’organisme. “Notre processus de fabrication rend les matières grasses assimilables”. Le produit est ensuite mélangé avec de la farine traditionnelle dans les cinq moulins du GIE.De petites quantitées Pour le blé, les conditions climatiques normandes sont souvent jugées trop instables par les meuniers locaux. En revanche, le lin séduit. Sa qualité aussi. "Les gens recherchent des avantages nutritionnels. Nous espérons trouver de nouveaux créneaux de vente et séduire différents clients. Par exemple : un touriste qui aperçoit une Cybèle de Normandie sera tenté d'y goûter", souligne Yannick Le Cam. Pour l'instant, la farine à base de lin est vendue en sac de 25 et 50 kg. Le produit représente 1 % du volume du groupement des moulins normands. Un chiffre qui ne devrait pas augmenter. "Nous souhaitons que Cybèle soit autant connue que Banette ou Festival dans notre région. Le lin est un moyen de faire parler de nous", espère Yannick Le Cam. Objectif atteint, dans Réussir l'Agriculteur Normand... V. MOTINLe GIE des meuniers normands - Le GIE fournit 400 clients et 15 % des boulangeries normandes. Le groupement existe depuis 1993. Il a permis à des moulins indépendants de mettre en commun leur savoir-faire. Le nom Cybèle trouve son origine dans la mythologie grec. C’est la fille du ciel et de la terre. Elle est née de l’alliance entre l’artiste et l’artisan.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité