Aller au contenu principal

Le maïs dans les marais : après la DDTM, les assurances sur le terrain

Après une délégation de la DDTM, ce sont les experts d’assurance qui se sont déplacés à la mi-octobre 2021 sur les parcelles de Gilbert Michel installé en Gaec à Saint-Georges-de-Bohon pour constater des pertes de récoltes de maïs épis, allant jusqu’à 50 % de pertes sur certaines parcelles.

Gilbert Michel a reçu l’expert de l’assurance récolte après une délégation de la DTTM.
© SB

Le 18 octobre 2021, Gilbert Michel surveillait le chantier, prêt à intervenir si ses collègues étaient en difficulté, s’ils ne coulaient pas, pourtant dans des champs à plat. Un mois plus tôt, « nous terminions de botteler le foin dans les marais alors que la première corvée d’ensilage débutait », explique-t-il. Et il reste 10 ha à ramasser. En cause, la pluviométrie mais surtout aux vents d’est et aux faibles températures de l’été. « Nous n’avons pas réussi à sécher », se désole-t-il. « En juillet, je ne pouvais pas venir dans les champs en chaussures », poursuit-il.

L’assurance récolte pour la 2e année

Sur les 69 ha de maïs, un tiers est correct, une autre partie est de qualité intermédiaire et 35 % de qualité très inférieure. « C’est la 2e année que nous avons recours à l’assurance récolte, contractualisée il y a 10 ans », souligne l’agriculteur. L’année dernière, 20 à 25 % étaient à terre à cause d’un coup de vent. Ce qui a conduit les associés à réduire la ration pour tenir le plus longtemps possible. Cette année, ils ont misé beaucoup sur l’herbe. « Elle a été de bonne qualité dans les meilleures parcelles de la ferme », constate-t-il. La nouvelle ration a permis de tenir à trois jours près avant de faire la jonction avec la nouvelle récolte.

Un dégrèvement de la TFNB

En faisant déplacer une délégation de la DDTM sous l’égide de la FDSEA de la Manche, les exploitants espèrent un dégrèvement de la taxe foncière non bâtie. Les services de l’État demandent un affinage par commune pour cibler les exploitants. Pour cette saison, le Gaec de Bohon devra-t-il revoir sa ration ? La question est trop tôt. Pour autant, Gilbert Michel s’interroge sur l’envolée des coûts des matières premières et notamment des aliments pour corriger la ration du fait de la qualité et de la quantité moindres en maïs. En ce qui concerne les cultures de cet été, les rendements n’étaient pas à la hauteur non plus. « Nous avons atteint 60 quintaux alors qu’il y avait un potentiel de 90 quintaux », indique Gilbert Michel. La flambée des prix de l’énergie n’est pas sans alourdir les charges. Les marges vont s’en trouver impactées.

 

Olivier Leray, Littoral normand : « En 2021, nous sommes dans la moyenne haute »
Si les maïs ont souffert dans les marais, ce n’est pas la tendance générale dans le département. « Nous sommes plutôt dans la moyenne haute », assure Olivier Leray, technicien à Littoral normand. Pour autant, les récoltes se sont faites plus tard dans la saison par rapport aux quatre dernières années. Les bons rendements s’expliquent entre autres par la chaleur correcte atteinte pendant la période du 15 avril au 8 octobre. Le seuil repère étant de 1 500 degrés. Les rendements s’annoncent bons voire très bons. Reste à savoir la qualité. Les analyses en court livreront le verdict
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité