Aller au contenu principal

Le maraîcher Stéphane Legrand décroche la certification HVE

Stéphane Legrand, maraîcher à Lingreville, a reçu la certification HVE (haute valeur environnementale) pour son exploitation à l’automne dernier. Un des rares agriculteurs en Normandie à s’être lancé dans cette démarche mettant en avant ses pratiques en faveur de l’environnement.

Stéphane Legrand 50 - Certification HVE
Stéphane et Alexis Legrand mettent l’accent sur la protection des terres au sein de leur production légumière.
© DR

Depuis le début des années 2000, Stéphane Legrand est revenu à la terre. Maraicher, il a repris en 2018 l’affaire de Joël François, maraicher de Lingreville, en vue d’accueillir dans les rangs son fils ainé, Alexis. Depuis le mois de mars, c’est chose faite. Il est devenu salarié, après avoir décroché son bac STAV au lycée agricole de Coutances, et passé plus de six mois aux Etats-Unis et au Canada. « J’avais envie de partir voir autre chose, et j’avais envie de revenir », sourit le jeune homme âgé aujourd’hui de 20 ans, qui fait ses armes auprès de son père, Stéphane.

Une démarche simple

Ensemble, ils ont franchi le cap de la certification Haute valeur environnementale (HVE), niveau 3, correspondant au niveau le plus élevé de la certification environnementale des exploitations agricoles. Et si plus de 8 200 ont été dénombrées en France en juillet dernier, essentiellement en viticulture, elles sont rares en Normandie, et encore très peu dans la Manche. « Cela n’a pas été compliqué pour nous », assure le patron, Stéphane Legrand. Déjà labellisé Globalgap, démarche internationale de bonnes pratiques agricoles sur certaines productions, le maraicher de Lingreville reste convaincu que la certification HVE sera une mention valorisante de ses pratiques.

Faire du préventif

Et pour cause, cette certification s’appuie sur des indicateurs mesurant la performance environnementale, à savoir la préservation de la biodiversité (insectes, arbres, haies, bandes enherbées, fleurs ...), l’utilisation des produits phytosanitaires, la gestion de la fertilisation et de l’irrigation. « On est soucieux de nos pratiques », martèle le producteur de légumes de plein champ, sur 40 ha aujourd’hui. « On ne traite pas à outrance. On utilise des produits homologués bio. On est davantage sur du préventif parce qu’on suit les bulletins d’alertes, on observe le temps, on bénéficie d’une évolution de la génétique des semences en utilisant des hybrides beaucoup plus résistants aux maladies… », explique-t-il. Entre deux cultures, il opte pour des couverts végétaux afin de « ne pas laisser le sol nu tout l’hiver ». Et tout ceci dans le seul intérêt de « bien produire », et de protéger la terre. « C’est notre gagne-pain. C’est à nous de la respecter pour qu’on puisse cultiver un beau produit en permanence », ajoute-t-il.

Des caissettes en bois

Les intrants, les combustibles mais aussi les emballages sont analysés pour l’obtention de cette certification délivrée pour trois ans. Il mise de plus en plus sur des emballages recyclables au détriment du plastique. Les caisses en bois sont la signature de la maison. Les clients, 95 % de grandes surfaces toutes enseignes confondues, les adoptent. Des recherches s’affinent pour les sachets de carottes ou encore le ruban des bottes de poireaux. Pour 2022, Stéphane Legrand sait qu’il aura la solution, date à laquelle le plastique sera de plus en plus interdit.
Si ses pratiques et celles de son équipe composée d’une dizaine de personnes, sont proches du bio, il n’a pas le label. « Entre l’intensif et le bio, il y a un créneau à prendre, on a notre place : celle de bien produire tout en préservant la nature », conclut-il.


Pratique : Stéphane Legrand,1 route de la roncette, Lingreville.Tél. 06 09 72 11 26.
earllegrandst@outlook.fr  
https://www.facebook.com/earl.legrand
Vente directe tous les samedis de 9 h à 12 h.

Formation à venir
A noter que des formations dispensées par la Chambre d’agriculture de Normandie ont lieu les 21 et 28 janvier à Bois-Guillaume (76), les 28 janvier et 3 février, les 11 et 22 février à Hérouville-Saint-Clair (14), les 9 et 18 février à Saint-Lô (50).
Au programme : Présentation de HVE1, articulation avec HVE2 et HVE3, points de conformité HVE1 : BCAE, environnement, phytosanitaires, plan de contrôle de niveau 2 et 3 et principaux indicateurs de résultat
Durée : 2 jours + 2 h à distance en FMD
Contact : Marie-Hélène Bouillet, coordinatrice des formations, marie-helene.bouillet@normandie.chambagri.fr

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
RecyOuest monte son usine à Argentan
Après sept ans d’existence, la startup normande a pu poser la première pierre de son usine de recyclage de ficelles et de filets…
Publicité