Aller au contenu principal

Crédit Mutuel
Le MAT (Marché A Terme) : un outil de sécurisation

Face à la volatilité des cours des céréales, le MAT (Marché A Terme) permet d’anticiper et de gérer le risque prix. Un outil de sécurisation du revenu. Un anti stress en quelque sorte.

Petits plats dans les grands pour l’assemblée générale de la CADP (Caisse Agricole des Dépôts et Prêts) Crédit Mutuel. La Dame presque séculaire, du Quai de Juillet à Caen, a ouvert ses portes tout au long d’une journée ponctuée d’ateliers thématiques. La plus verte des caisses Crédit Mutuel du Calvados n’a pas renié ses origines agricoles. Outre l’installation des jeunes agriculteurs  , le MAT (Marché A Terme) des céréales a été abordé le 20 avril dernier. Au tableau noir, Pascal Duc (chargé du développement agricole).

Une bonne centaine à l’échelon bas-normand
Ils sont une bonne centaine de producteurs bas-normands, via l’offre Préviris du Crédit Mutuel,  à s’être positionnés sur le marché à terme des céréales. Objectif : bien commercialiser ses céréales dans un contexte de grande volatilité des prix. Une gageure alors que la veille même de cette assemblée générale, le prix du blé s’est envolé de 9 e dans la journée ? Et bien non répond Pascal Duc. Mais attention, le MAT n’est pas un outil spéculatif mais un outil pour assurer sa marge. “Il a ses avantages (souplesse de fixation des prix, absence de risque de contrepartie, pas de prime à décaisser...) et ses inconvénients (le risque de base n’est pas maîtrisé, nécessité d’un suivi régulier des positions, on ne bénéficie pas des hausses potentielles du marché”.
Un discours qui a retenu l’attention des producteurs présents. Certains s’y sont déjà essayés. “Par rapport au marché physique, je n’ai rien gagné la première année”, commente l’un alors que son voisin insiste sur l’obligation de suivre ses positions au quotidien.
A n’en pas douter, le MAT n’est pas le grigri miracle mais c’est un outil de sécurisation du revenu. Par les temps qui courent, c’est déjà beaucoup.

Intérêts du MAT
- Se garantir un prix et un revenu,
- Comprendre et analyser des propositions de prix,
- Aider à la décision,
- Raisonner son assolement,
- Mettre en place une stratégie de commercialisation (politique de stockage),
- Elargir son planning de vente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité