Aller au contenu principal

Crédit Mutuel
Le MAT (Marché A Terme) : un outil de sécurisation

Face à la volatilité des cours des céréales, le MAT (Marché A Terme) permet d’anticiper et de gérer le risque prix. Un outil de sécurisation du revenu. Un anti stress en quelque sorte.

Petits plats dans les grands pour l’assemblée générale de la CADP (Caisse Agricole des Dépôts et Prêts) Crédit Mutuel. La Dame presque séculaire, du Quai de Juillet à Caen, a ouvert ses portes tout au long d’une journée ponctuée d’ateliers thématiques. La plus verte des caisses Crédit Mutuel du Calvados n’a pas renié ses origines agricoles. Outre l’installation des jeunes agriculteurs  , le MAT (Marché A Terme) des céréales a été abordé le 20 avril dernier. Au tableau noir, Pascal Duc (chargé du développement agricole).

Une bonne centaine à l’échelon bas-normand
Ils sont une bonne centaine de producteurs bas-normands, via l’offre Préviris du Crédit Mutuel,  à s’être positionnés sur le marché à terme des céréales. Objectif : bien commercialiser ses céréales dans un contexte de grande volatilité des prix. Une gageure alors que la veille même de cette assemblée générale, le prix du blé s’est envolé de 9 e dans la journée ? Et bien non répond Pascal Duc. Mais attention, le MAT n’est pas un outil spéculatif mais un outil pour assurer sa marge. “Il a ses avantages (souplesse de fixation des prix, absence de risque de contrepartie, pas de prime à décaisser...) et ses inconvénients (le risque de base n’est pas maîtrisé, nécessité d’un suivi régulier des positions, on ne bénéficie pas des hausses potentielles du marché”.
Un discours qui a retenu l’attention des producteurs présents. Certains s’y sont déjà essayés. “Par rapport au marché physique, je n’ai rien gagné la première année”, commente l’un alors que son voisin insiste sur l’obligation de suivre ses positions au quotidien.
A n’en pas douter, le MAT n’est pas le grigri miracle mais c’est un outil de sécurisation du revenu. Par les temps qui courent, c’est déjà beaucoup.

Intérêts du MAT
- Se garantir un prix et un revenu,
- Comprendre et analyser des propositions de prix,
- Aider à la décision,
- Raisonner son assolement,
- Mettre en place une stratégie de commercialisation (politique de stockage),
- Elargir son planning de vente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité