Aller au contenu principal

Le Moulin vert au fil des idées de l'Agreen startup

Mardi 10 décembre, la Chambre d'agriculture de Normandie a organisé une journée Agreen startup. Neuf projets ont été soumis à la réflexion de groupe, où chaque équipier a questionné, décortiqué, amendé et étayé les idées. La journée s'est déroulée au Dôme, à Caen.

llll 8h30
C'est l'heure à laquelle le rendez-vous était fixé, mardi 10 décembre, au Dôme, à Caen. Accueil, café, viennoiseries. Un peu avant 9h, Ugo Denis, chargé de mission management de l'innovation à la Cran, prend la parole : « les porteurs de projet ont une minute et trente secondes pour présenter leur idée ou pitcher en langage startup. Passé ce délai, le micro se coupe ». Je suis équipière : après avoir entendu les neuf présentations, je m'inscris dans un projet. J'opte pour le Moulin vert : Greg et Steve ont imaginé un potager en hauteur, peu encombrant, autonome en eau qui peut servir de support pédagogique ou convenir à des « bobos parisiens, qui n'ont pas de place chez eux et qui partent en vacances ».

llll 9h30
Rencontre de l'équipe : Greg, 43 ans et Steve, 37 ans, les porteurs de projet ; Arnaud, 46 ans, du Crédit Mutuel ; Cédric, 46 ans, d'Adventiel, pour le numérique ; Bénédicte, 43 ans, citoyenne ; Frédéric, 53 ans, chargé de projet digital à la Chambre d'agriculture des Pays de la Loire, animateur du groupe ; Thibault, 25 ans, de DNRSYS, un bureau d'étude en électronique embarqué ; moi, 28 ans, journaliste. Chacun arrive donc avec son champ de compétences. Steve et Greg nous présentent concrètement le Moulin vert. Pour 17h30, ils doivent avoir réécrit leur pitch avec de nouveaux arguments pour convaincre le jury.

llll 10h
Très vite, les équipiers s'expriment : la réserve d'eau peut être lourde pour un balcon ; si le Moulin vert va dans un salon, il doit être design ; que fait-on pousser dedans, question d'agronomie ; etc. Chacun, grâce à son expérience et ses compétences, soulève des problèmes puis imagine des solutions. L'heure tourne et, rappelle Frédéric, « l'objectif de la journée est de remporter un prix ce soir ». Le parti est pris de développer le Moulin vert comme support pédagogique. L'animateur recentre questions et débats sur le Canvas, un pense bête qui regroupe tout ce à quoi nous devons réfléchir : les partenaires, les ressources, la relation client, les canaux de distribution, les coûts, les sources de revenu. Jeff Lubrano, chauffeur de salle, insiste : « une idée simple peut être une innovation à fort impact. Mais l'important, c'est la communication, c'est comment les gens vont parler de votre innovation ». Il est 12h30, il est temps de nourrir le cerveau et les ventres.

llll 13h30
Reprise. « À 17h30, vous devez rendre votre présentation et votre pitch de trois minutes », reprend Frédéric. Autour de la table, on repose des questions. Une interrogation ressort : « à quel besoin répond le Moulin vert ? » Il doit combiner apprentissage numérique et ludique, on réfléchit aux matières étudiées au collège, pourquoi un enseignant l'achèterait, à quel prix. Greg et Steve ciblent les 70 collèges de la Manche, établissent un rétroplanning. La présentation doit reprendre l'accroche, la problématique, décrire le projet et son évolution au fil de la journée, de quoi Greg et Steve ont besoin. Alors, on aide à construire le speach, à formuler, trouver les mots, réaliser les diapos. À 17h30, les copies sont ramassées. Un ordre de passage des projets est tiré au sort.

llll 18h
Les premiers porteurs pitchent devant le jury, composé de quinze partenaires. Trois minutes puis le micro se coupe. Puis de nouveau trois minutes de questions-réponses avant une nouvelle extinction du micro. Greg et Steve sont stressés. Et nous, les équipiers, le sommes aussi. Passées les neuf présentations, le jury délibère pendant que nous profitons du buffet. 19h50, annonce des résultats : le Moulin vert termine 8e ex æquo. Il manque au projet une dimension agricole mais ce marathon de la réflexion leur a permis d'avancer. Les gagnants remportent des dotations, des essais grandeur nature, des chèques conseil.

 

Lauréats Agreen StartUp Normandie 2019
1er : Pierre Delannée and co pour le projet Biodégraballe
2ème : Gaëtan Paris pour le projet Tetipull
3ème : Alexandre Bocage pour le projet Veragrow
4ème : Stéphane Volant pour le projet CUMA GO
5ème : Sylvain Kientz pour le projet Farmstaging
6ème : Jeanne Voisin pour le projet Agriki
7ème : Emmanuel Gervais pour le projet Irrig'Innov
8ème : Florent Boutin pour le projet GreenPi
8ème : Steve Oger pour le projet Le Moulin Vert
Les coups de coeur
Coup de coeur Co-Farming (abonnement d'un an d'une valeur de 2 200EUR) : CUMA GO
Coup de coeur Groupama (1 000EUR) : Agriki
Coup de coeur Orange (3 000EUR) : Veragrow
Les coups de pouce
Coup de pouce Ferme expérimentale La Blanche Maison : Farm Staging
Coup de pouce Agrial : Veragrow
Coup de pouce NatUp : Biodégraballe
Coup de pouce CUMA : Agriki
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA de Normandie
La FRSEA de Normandie a terminé ce lundi 21 septembre le renouvellement de ses instances engagé au printemps dernier.
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Publicité