Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Lait
Le panorama des OP laitières en Normandie

Les Organisations de Producteurs laitiers se mettent en place peu à peu en Normandie. Elles se préparent à la fin des quotas en mars 2015.

© CA Normandie

Le décret sur les Organisations de Producteurs (OP), publié en avril 2012, définit les procédures de reconnaissance par l'Etat français des OP laitières. Pour être agréée, une OP doit regrouper au moins 200 membres ou représenter 60 millions de litres de lait. Dans le cas de produits sous signe de qualité (Appellation d’origine, bio), le seuil est diminué à 25 producteurs ou 7 millions de litres de lait. L’adhésion à une OP ne concerne que les éleveurs livrant à une laiterie privée ; les coopératives étant déjà assimilées à des OP commerciales. Depuis le début 2013, 31 OP ont été agréées en France dont une douzaine intervenant en Normandie. A titre de comparaison, environ 125 OP sont agréées en Allemagne à ce jour. Les OP peuvent être structurées de deux façons :

- organisations de type “vertical” : elles sont composées d'élevages livrant à une laiterie comme par exemple les OP Lactalis ou Bongrain ;

- organisations de type “horizontal” : les adhérents livrent à plusieurs laiteries. C'est le cas par exemple de l’OP Seine & Loire des livreurs Bio, ou France Milk Board Normandie qui cherche à structurer des adhérents par bassin laitier.La majorité des OP sont non commerciales ; c'est-à-dire qu’elles ne deviennent à aucun moment propriétaires du lait de leurs membres. Seule, Biolait en Normandie est agréée comme une OP commerciale.Un décret permet également aux OP de se regrouper en Associations d’organisations de producteurs (AOP). C’est le cas de l’Association des 4 OP de producteurs livrant des produits sous Appellation d’origine.

Quel rôle pour les Organisations de producteurs ?

La construction des OP débute depuis quelques mois seulement. Elles ont besoin de temps pour construire des bases de travail avec leurs entreprises laitières. N’oublions pas que nous sommes toujours sous le régime des quotas jusqu’au 31 mars 2015.Aujourd’hui, l’importance du rôle des OP varie selon la place laissée par les laiteries :

- certaines laiteries se préparent par exemple à déléguer aux OP des responsabilités comme la gestion des volumes. L’OP aura en charge d’assurer un suivi groupé des livraisons de ses adhérents afin de répondre aux attentes du transformateur. Dans ce cas, la sous-réalisation d’un membre pourra par exemple être complétée par la sur-réalisation d’un autre membre ;

- d’autres laiteries sollicitent les conseils d’administration des OP afin de réfléchir sur de nouveaux indicateurs servant à établir les prix ;

- en ce qui concerne les OP sous signe de qualité (Bio, Appellation d’origine), le décret datant de 2012 leur permet de faire des recommandations en terme de gestion et de suivi des volumes et leur confère ainsi un rôle important dans la régulation du marché. Ainsi, leur structuration en association d’OP permet d’avoir davantage de poids et de visibilité sur les marchés ;

- a contrario, d’autres laiteries ont des relations difficiles avec leurs OP.

L’adhésion aux OP

L’adhésion à une OP n’est pas obligatoire et il est possible pour un éleveur de signer simplement un contrat individuel avec une laiterie privée, sans adhésion à une OP. Cependant, certains contrats conditionnent l’obtention de primes ou de facilités à cette adhésion. Il est donc important de lire son contrat pour décider en toute connaissance de cause d'adhérer ou non à une OP. Par ailleurs, se pose la question de la représentation ou l'assistance possible en cas de litige individuel avec sa laiterie.La qualité du lien entre la laiterie et l’OP est très variable et cela peut parfois encourager ou freiner les éleveurs à adhérer. A l’avenir, il est fort probable que les OP prendront de plus en plus d’importance dans la gestion des volumes, des prix et d’autres éléments, comme la qualité du lait, le mode de production ou la gestion des dysfonctionnements. Cependant, la loi n’établissant pas de cadre précis, la place qui leur sera laissée dépendra de la qualité des rapports de confiance et de collaboration développés entre les laiteries et les OP.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité