Aller au contenu principal

Inter-CUMA
Le partage d’ensileuses à grande échelle

L’ensilage reste une activité structurante des CUMA. Pour maintenir cette dynamique, des pistes existent. A commencer par l’inter-CUMA. Dans le Finistère, un groupe d’agriculteurs s’est ainsi associé à une CUMA de Vendée.

© VM

Les machines grossissent, la main d’œuvre se réduit dans les exploitations, le nombre d’animaux baisse. Dans la logique du toujours plus rapide, certaines CUMA peinent à maintenir leur activité ensilage. Quelles sont les solutions ? Les responsables de la fédération des CUMA de Basse-Normandie ont posé la question lors de leur assemblée générale, le 13 février à Vaudry (14). “C’est en portant une réflexion sur les évolutions économiques et démographiques qu’il nous a semblé opportun de lancer un débat sur l’ensilage en CUMA. Notre objectif est de créer des échanges entre les CUMA, sur les activités de récoltes en particulier, ensilage et moisson”, explique Annie Gachelin, présidente de la fédération des CUMA de Basse-Normandie.

Recenser les offres et les demandes sur la récolte
Les Normands ont d’ailleurs intégré un groupe de travail Ouest. Objectif : élaborer des outils pour aider les CUMA à développer des projets à plusieurs. La démarche peut déboucher sur  des échanges et des achats communs. “Pendant la difficile récolte d’ensilage 2012, les animateurs ont aidé le déplacement de machines entre les CUMA du mont César et de Saint-Jean-de-Daye”, souligne la structure coopérative. Désormais, une base de données existe à l’échelle de l’Ouest. Les offres et demandes sur la récolte y sont recensées.

Un partenariat Vendée-Finistère
Dans certains secteurs, ce type de collaboration s’est inscrit dans le temps. C’est le cas en Bretagne. Un groupe du Finistère a donc partagé son expérience lors de l’assemblée générale. “En 1997, nous voulions acheter une ensileuse. Mais, le projet ne passait pas financièrement. Dans un premier temps, nous nous sommes rapprochés d’un groupe du sud du Finistère. Le délai entre nos périodes d’ensilage était cependant trop court”, témoigne Benoit Le Moigne. La solution est finalement venue de Vendée. Leurs homologues y possèdent 2 ensileuses. L’une d’elles est transportée sur porte-char après sa première campagne. La maturité plus tardive des maïs bretons laisse le temps de réviser la machine. “Nous avons 10 adhérents. Les frais d’entretien ou de carburant sont à la charge des Vendéens. Nous payons une unique facture : 75 % fin décembre et 25 % fin mars. Le prix de revient est ainsi de 100 €/ha”. Les Bretons ont donc passé la Loire pour franchir le Rubicon de l’inter-CUMA !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité