Aller au contenu principal

Franck Guéhennec
Le point sur le contrat Lactalis

Rencontre avec le porte-parole de la Délégation Nationale des Groupements de Producteurs livrant à Lactalis.

"Nous revenons à la table des négociations  ce 10 janvier avec la confiance et l’envie d’aboutir".
"Nous revenons à la table des négociations ce 10 janvier avec la confiance et l’envie d’aboutir".
© TG
Qu’est-ce qui vous a motivé pour entreprendre des négociations sur le contrat Lactalis ?
Lorsque la loi a officialisé l’obligation pour les entreprises privées de proposer des contrats écrits aux éleveurs, nous sommes partis d’un principe évident : avant qu’un contrat soit signé, il doit être négocié entre les parties concernées. Or, pour mener à bien cette négociation d’une manière équilibrée, une deuxième évidence s’imposait : nous devions nous regrouper de la manière la plus massive possible. C’est ce que nous avons fait. Tout d’abord en cherchant à organiser les éleveurs dans les zones où ils n’étaient pas regroupés, ensuite en organisant des rencontres nationales entre les groupements déjà constitués, et enfin en organisant la discussion avec l’entreprise à partir d’une délégation nationale des groupements. Tout cela paraît simple sur le papier, mais en fait, il a fallu une énergie folle et un travail énorme pour en arriver à cette délégation qui représente aujourd’hui plus des deux tiers de la collecte de l’entreprise.

Où en sont les négociations avec Lactalis ?
Je tiens d’abord à souligner qu’elles ont démarré rapidement puisque la proposition de contrat de Lactalis est arrivée au printemps et dès le début de juillet, les négociations ont commencé. Elles ont duré tout l’été, et des avancées substantielles ont pu se réaliser par rapport à la proposition de contrat d’origine. Les représentants de Lactalis ont joué le jeu et nous ont reconnus comme des interlocuteurs représentatifs et responsables. Cela s’est gâté fin septembre, lorsqu’il s’est agi de reconnaître et de formaliser le rôle des groupements dans la relation avec l’entreprise. Peu après, Lactalis a sorti sa deuxième version du contrat, fortement inspirée de l’état de nos négociations qui n’étaient pas encore totalement abouties. Mais Lactalis campait sur une position de rigidité vis-à-vis de la reconnaissance effective du rôle des groupements. Je l’ai déjà dit et le répète : cette négociation n’est pas totalement aboutie et la relation collective des producteurs avec Lactalis doit être formalisée, comme le font les autres industriels avec leurs Organisations de Producteurs. Il n’est donc pas question de signer quoi que ce soit avant ces préalables. Sinon, chaque producteur aura les pieds et les poings liés à l’entreprise.

Donc les négociations sont au point mort ?
Fort heureusement non ! La rupture n’a pas été consommée, et nous avons pu renouer le dialogue avec les représentants de Lactalis en fin d’année. Nous avons déjà une nouvelle date de programmée ce début janvier. Nous revenons à la table des négociations  ce 10 janvier avec la confiance et l’envie d’aboutir. Certains peuvent considérer que cela dure depuis trop longtemps, mais nous répondons que les enjeux sont trop importants et que nous devons nous donner le temps qu’il faut. Sinon le réveil sera un jour douloureux pour les éleveurs. Certains peuvent être inquiets, mais ils ne doivent pas signer dans la précipitation, le contrat tacite qui les liait antérieurement à l’entreprise court toujours et la fin des quotas est prévue pour 2015. Nous avons donc tout le temps de créer les conditions d’une relation durable avec Lactalis. C’est ce que nous souhaitons.

L’année 2012 sera donc l’année du contrat Lactalis ?
Nous l’espérons tous ! Comme c’est la coutume, j’en formule le vœu de tout cœur. J’espère que l’entreprise saura accepter ces nouvelles relations que nous souhaitons constructives et partenariales. Nous espérons également qu’au-delà des contrats, la valorisation des produits Lactalis sera au rendez-vous, c’est la première condition pour que les éleveurs puissent obtenir un prix qui puisse les satisfaire. D’autres négociations sont en cours, celles qui lient les industriels avec les distributeurs. Je dois avouer que Lactalis a fait preuve de courage et de détermination jusqu’ici. Parfois même de manière isolée dans le concert concurrentiel de notre secteur. D’autres auraient pu d’ailleurs faire acte de plus de solidarité de filière.

Qu’entendez-vous par le mot “partenarial” ?
Même si parfois nos intérêts s’opposent aux entreprises, nous croyons à un véritable esprit de filière. Nous avons besoin les uns des autres et nos sorts sont intimement liés. C’est pourquoi nous avons besoin d’une relation solide et la loi nous amène aujourd’hui à formaliser tout cela. Les groupements de producteurs ont fait un considérable effort pour se projeter dans l’avenir et nous espérons que les entreprises en font autant. Après les quotas, notre relation sera totalement privatisée. Nous aurons à gérer ensemble les volumes à produire en fonction des marchés. Nous aurons aussi la lourde tâche de les répartir entre les éleveurs et nous souhaitons le faire avec le maximum d’équité. Il nous faudra construire les schémas pour continuer d’installer des jeunes et moderniser les autres. A ce sujet, je me tourne aussi vers les pouvoirs publics : une durée de 5 ans c’est très peu lorsque l’on doit investir dans des exploitations de plus en plus importantes et modernes. Les besoins en capitaux seront croissants et les banques seront-elles prêtes à nous suivre ? C’est pourquoi, il apparaît nécessaire que des formules de garanties se développent afin d’assurer la pérennité de la production laitière française.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Une première au Salon pour Corentin Angot
Diplômé ingénieur agronome, Corentin Angot se plaît à travailler sur la ferme paternelle à Gouffern-en-Auge, dans l'Orne en…
Publicité