Aller au contenu principal

Le poiré : un marché d’avenir

Depuis plus d’un an, l’Institut français de productions cidricoles (IFPC) basé à Sées (Orne) conduit une étude sur les poires et le poiré visant à déterminer les meilleures variétés de poires, mode de conduite du verger et techniques de transformation. Le but étant de répondre à la demande des consommateurs, toujours en augmentation.

Début janvier, Clotilde Eudier, vice-présidente de la région Normandie (à gauche) s’est déplacée sur la station cidricole de Sées, affirmant le soutien de la région, notamment pour cette étude à hauteur de 103 000 euros. Un message transmis avec sa collègue, Séverine Yvard, conseillère régionale, à Jean-Luc Duval et Jean-Louis Bénassi.  (SB)
Début janvier, Clotilde Eudier, vice-présidente de la région Normandie (à gauche) s’est déplacée sur la station cidricole de Sées, affirmant le soutien de la région, notamment pour cette étude à hauteur de 103 000 euros. Un message transmis avec sa collègue, Séverine Yvard, conseillère régionale, à Jean-Luc Duval et Jean-Louis Bénassi. (SB)
© SB

Depuis fin 2015, l’IFPC (Institut français de productions cidricoles) s’est penché sur une étude dédiée spécifiquement à la poire et au poiré. « Elaborer du poiré, c’est loin d’être facile » concède Jean-Luc Duval, président de la Maison cidricole de Normandie, président de la branche cidricole d’Agrial qui se rappelle de la formule de son grand-père. « Il disait qu'un poirier mettait cent ans à pousser, cent ans à produire et cent ans à mourir ».
Une formule qui veut bien dire que la production ne se fait pas en un claquement de doigts. 
Les poiriers sont longs à donner leurs premiers fruits. Il faut compter douze à quinze ans pour les arbres à haute-tige, et environ sept ans pour les basses tiges, contre quatre ans pour les pommes.


Un produit qui plait
Alors, depuis un peu plus de six mois, l’IFPC conduit une étude avec la Chambre régionale d’agriculture de Normandie et l’Arac (Association de recherche appliquée à la transformation cidricole). Les objectifs sont clairs : cette étude vise à la fois à optimiser économiquement l’outil de production, réduire l’utilisation des intrants, améliorer la qualité des produits et diversifier l’offre en proposant une gamme élargie de poirés produits en Normandie pour satisfaire plus largement le consommateur. Parce qu’aujourd’hui, « le poiré est un produit qui plait, qui est de plus en plus demandé » atteste Jean-Louis Bénassi, directeur de l'IFPC.

45 mois d’études
Pour le moment, le poiré pèse un peu plus de 200 000 bouteilles dont la moitié en AOC Donfrontais. C'est peu comparé par exemple au cidre du pays d'Auge qui produit 600 000 bouteilles. Pour faire face à « ce marché porteur », il va falloir planter des poiriers. Ce que prévoit l’étude qui s’étend jusqu’à la fin 2019, soit 45 mois. Au total, ce sont quarante-quatre espèces de poires qui seront testées, selon quatre modes différents de conduite du verger, permettant d’observer « l’acidité, l’astringence, les couleurs, les arômes… » note Arnaud Didier de l’Arac.

Une recherche de longue haleine
En 45 mois, l’étude ne sera pas terminée. Mais c’est la durée de l’appel à projets. « Trois ans, ce n’est pas suffisant. Notre intention est bien d’aller au-delà » confient les partenaires. La réponse sur le terrain est toujours plus longue que celles des exigences budgétaires. Mais en 45 mois, c’est déjà un bon début. « Quand on plante, c’est pour 30 ans. Tout comme un programme variétal, c’est 25 ans » poursuit Jean-Luc Duval.

Etre imaginatif
La recherche dans ce domaine reste essentielle. Surtout qu’elle « va rayonner sur l’ensemble de la production. L’AOC est une chose, mais ce n’est pas tout. C’est comme le cidre, il n’y a pas qu’un poiré ». Et c’est cette large gamme que l’IFTC et ses partenaires veulent offrir aux consommateurs. « Il ne faut rien s’interdire, surtout d’être imaginatifs » insiste Jean-Luc Duval. Mais il reste confiant. « Nous avons la chance d’être une petite filière, bien organisée qui nous permet de créer des liens forts et d’avancer ». Résultats fin 2019.

L’IFPC veut pousser les murs
L’IFPC a une double mission, celle de conduire des expérimentations permettant de transmettre les acquis de la recherche vers les producteurs et les transformateurs, et de coordonner les programmes Recherche et Développement initiés par les différents acteurs de la filière cidricole. Deux missions que Jean-Louis Benassi, directeur, conduit avec son équipe à Sées (Orne). Une équipe qui est montée en gamme année après année. « Nous sommes aujourd’hui une équipe de 15 équivalents temps plein dont 11 ingénieurs et trois docteurs. Nous sommes sont une équipe très qualifiée » fait remarquer le directeur.
Pour continuer leurs expérimentations sur le site Ornais afin d’en faire profiter les producteurs, un projet d’investissement est en cours. Et pour cause. La station cidricole a été construite en 1987. Il s’agit donc à la fois de rénover les locaux et les agrandir. « Nous étions deux personnes au départ. Et sur le site, nous sommes 8 maintenant ». Les bureaux sont donc à l’étroit, tout comme le laboratoire, la salle de réunion ou encore la salle thermorégulée. Des équipements doivent être également renouvelés. C’est le cas de la serre qui devient trop exigüe. Quant au verger de 10 ha, il est déjà bien rempli. Autrement dit, Jean-Louis Bénassi affirme « avoir besoin de place pour des essais ou des sélections variétales ».
Le projet est dans les mains de l’architecte. Mais d’ores et déjà la copie pourrait monter jusqu’à un million d’euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité