Aller au contenu principal

Le prix du lait Lactalis met les producteurs en colère

llll Les producteurs Lactalis connaissent enfin le prix du lait du mois d’avril. Bilan des négociations avec Jacky Gilbert, président de l’Organisation de Producteurs Normandie-Centre.

© TG

>> Quelle est la conclusion de vos négociations avec Lactalis ?
Elle se sont conclues sur un constat d’échec. Le prix du lait du mois d’avril sera donc de 297,68€/1000l sur la zone Basse-Normandie, 299,68 en Haute-Normandie. C’est la décision unilatérale de l’entreprise. Nous avons négocié dans le cadre de l’UNELL (Union Nationale des Eleveurs Livreurs à Lactalis) longuement mais nous avons trouvé un interlocuteur inflexible, sans autre volonté que d’imposer son propre prix. L’intervention du médiateur des relations commerciales n’a pas permis de sortir de la négociation avec un accord.

>> Quels sont ses arguments ?
Lactalis indique que ses revalorisations obtenues près de la distribution ne permettent pas de valoriser le lait à 340€/1000l. C’est pour cette raison qu’ils remettent en cause la formule de prix mise en place en janvier. C’est infernal. On ne peut pas construire dans la durée. Nous avons cherché, malgré tout à discuter pour un prix acceptable sur le trimestre, mais pour discuter il faut être deux.

>> On vous sent dépité…
Dépité et en colère. Parce que les producteurs de lait ont besoin de gagner leur vie. Et ce n’est pas avec un prix inférieur à 300€ que nous allons y parvenir. Monsieur Besnier doit comprendre que nous aussi, nous avons besoin d’investir dans nos fermes. Il avait annoncé que les éleveurs ne pairaient pas pour l’affaire de la salmonelle, que doit-on croire ? Et nous devons encore nous mettre d’accord cette année sur un contrat-cadre. Si Lactalis remet en permanence en cause les accords qu’il donne, je vois mal où cela va nous mener.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité