Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le remplacement, une solution d’emploi partagé pour les agriculteurs

Témoignage du Service de remplacement d’Athis qui recrute leur 3e agent de remplacement en CDI.

Valérie Vie, présidente,  Erna Soinard, agent de remplacement en CDI depuis janvier 2014 et Marie-Pierre Denaës, trésorière. DR
Valérie Vie, présidente, Erna Soinard, agent de remplacement en CDI depuis janvier 2014 et Marie-Pierre Denaës, trésorière. DR
© CRAN

lll Le service de Remplacement d’Athis a été créé en 1978 par 13 agriculteurs. Les remplacements étaient alors assurés par 2 agents. Le SR d’Athis compte aujourd’hui  80 adhérents pour 63 exploitations et 9 salariés (dont 2 en CDI).
Dans le cadre du travail à temps partagé, les agriculteurs adhérents au service remplacement, créent un groupe de 12 à 15 exploitants pour permettre l’embauche d’un Agent de remplacement en CDI. Ils participent au recrutement de l’agent et le forment.  Ils s’engagent à le faire intervenir régulièrement sur leurs exploitations (entre 1 à 2 fois par mois) en fonction de leurs besoins, des saisons, des congés…
L’agent doit être une personne dynamique, ponctuelle, autonome, venant d’une formation agricole et ayant un minimum d’expérience. Bien souvent, les agents CDI sont des salariés ayant déjà fait leurs preuves comme agent CDD.
Le travail à temps partagé permet à l’agent de travailler à temps plein et donc de disposer d’un salaire régulier tous les mois. Cela lui permet également d’avoir une diversité dans son travail, autant dans les missions qui lui sont confiées que dans la connaissance des systèmes d’exploitation (vaches de races variées laitières ou allaitantes, porcs, différents systèmes d’installations, de traite, de matériels…). L’emploi partagé est riche en relations humaines et permet d’acquérir une solide expérience. L’agent est formé tout au long de sa carrière par des adhérents soucieux de transmettre leurs savoirs mais aussi en suivant des formations externes dispensées notamment par des intervenants de la Chambre d’Agriculture, du réseau SR France et de la MSA (conduite du télescopique, hygiène et qualité de lait, éleveur infirmier...). Le service de remplacement est un tremplin à l’installation. Il arrive que par le biais des missions de remplacement, certains agents reprennent l’exploitation de l’adhérent du groupe. 
Si les exploitants font appel aujourd’hui à des agents en CDI, c’est avant tout pour gagner en sécurité. Ils sont certains qu’en cas d’urgence (accident, maladie…), l’agent CDI interviendra pour pallier leurs absences qui peuvent malheureusement durer plusieurs mois.  Mais plus heureusement, c’est aussi une solution pour  pouvoir se dégager du temps libre, se détacher de l’exploitation pour prendre un congé maternité/paternité, des vacances, s’engager vers d’autres responsabilités et partir en formation.  Avec cette démarche, ils savent qu’ils peuvent sereinement quitter leurs exploitations, car ils ont un agent disponible qui connait déjà leurs installations, les consignes et  les animaux. Des règles de priorités sur les motifs de remplacement sont établies et permettent une souplesse, une solidarité et de l’entraide dans le groupe en cas de besoin.  Pour les adhérents, le coût horaire facturé est moins onéreux qu’un CDD du fait des charges en moins.

Des portes ouvertes pour découvrir le fonctionnement et les métiers
• Le 7 décembre à Saint-Sauveur-Lendelin (50)
• Le 18 décembre à Livarot-Pays-d’Auge (14)
• Le 18 décembre à Saint-Denis-sur-Sarthon (61)
• Le 18 décembre à Bosc-Roger-sur-Buchy (76)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité