Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Mouton
Le Roussin de la Hague progresse

La veille de la foire aux moutons de Jobourg (50), l'UPRA Roussin de la Hague organise une vente des reproducteurs du centre d'élevage. Rendez-vous le vendredi 4 août.

Michel Duquesne (à gauche) : “Nous essayons d’étirer les notes pour mieux comparer les béliers d’une même année”.
Michel Duquesne (à gauche) : “Nous essayons d’étirer les notes pour mieux comparer les béliers d’une même année”.
© V.M.
L'élite de la race Roussine est réunie au centre d'élevage de Greville Hague. Les 50 meilleurs béliers proviennent de 15 élevages. L'UPRA Roussin recense actuellement 35 éleveurs pour 2300 brebis. Ils sont principalement installés dans la Manche, le berceau de la race. "Le mouton Roussin est reconnu par le ministère de l'agriculture depuis 1982" précise Thomas Pouille, le technicien de l'UPRA. Le centre d'élevage existe depuis 2003. Son objectif : maintenir la variabilité de la race et développer la résistance à la tremblante. Deux objectifs atteints. Désormais, le centre d'élevage de Gréville Hague assure un rôle de sélection des mâles pour les éleveurs. Vendredi 28 juillet, plusieurs éleveurs se sont donc réunis pour le pointage. Chaque année, 20 % des béliers sont éliminés. La vente se déroulera le vendredi 4 août à partir de 13 heures, en ouverture de la foire du mouton de Jobourg. "Le pointage se révèle souvent subjectif. Là, les quatre pointeurs se sont étalonnés avec deux animaux. Après, nous calculons la moyenne. Ce système satisfait les éleveurs" confie Thomas Pouille. Ce système a permis à des éleveurs peu connus de vendre des béliers.La génétique accessible à tous La vente s'effectuera par soumission, avec des prix planchers et plafonds. Ces dernières années, les prix ont grimpé. La crème des béliers Roussin se négocie entre 250 et 600 euros. Mais cette année, l'UPRA a décidé de ne pas fixer de plafond pour les trois premiers béliers du pointage. Une façon de récompenser les éleveurs. "Nous évitons les tirages au sort puisque pour les trois meilleurs les plafonds étaient toujours atteints. Et en maintenant un prix maximum pour les autres animaux, nous donnons la possibilité aux petits élevages d'accéder à une génétique correcte. Pour que l'ensemble de la race progresse, tout le monde doit avoir accès aux bons béliers. Pour les trois premiers, c'est la passion qui va jouer plus que le porte monnaie". Si la tremblante de 2003 a perturbé les critères de sélection, cette dernière est revenue à la normale. La sélection 2006 des béliers s'avère homogène et régulière. Néanmoins l'avant des animaux reste à développer. "Avec un bon avant, on a de bonnes côtelettes. C'est important pour la vente. Nous sommes moins stricts sur le gigot puisque dès 3 kg, il devient difficile à écouler pour les bouchers", détaille Thomas Pouille. Avis aux amateurs et aux professionnels, rendez-vous le 4 août prochain à Jobourg. V.M. Pour plus de renseignements contacter l'UPRA au 02 33 06 49 82.Le Roussin de la Hague n La race est maternelle. "Avec une bonne prolificité et une valeur laitière. Elle est adaptée au climat océanique. Mes animaux sont rentrés quinze jours par an. La race n'a pas de besoins énormes en alimentation. Elle correspond aussi bien aux élevages bio qu'aux intensifs" précise Michel Duquesne, président de l'UPRA Roussin. Des qualités qui semblent séduire. De toutes les races ovines, le Roussin est celle qui progresse le plus. A hauteur de 15 % par an. "C'est également la meilleure progression dans la résistance à la tremblante", insiste Thomas Pouille.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité