Aller au contenu principal

Légumes
Le Sileban devient pôle d'excellence rurale

Cette filière doit répondre aux besoins, sans cesse croissants, du marché, notamment celui de la quatrième gamme.

La culture de la mâche, un nouveau défi pour les producteurs manchois.
(photo AC Nantes)
La culture de la mâche, un nouveau défi pour les producteurs manchois.
(photo AC Nantes)
© A.C. Nantes
Lundi prochain, 11 décembre, le Sileban (station légumière et horticole située à Gatteville le Phare, près de Barfleur) sera officiellement labellisé “Pôle d’Excellence Rurale” devant un large public par Bernard Guillard, président de la station, Michel Lerenard, président du syndicat mixte du Cotentin et Jean Louis Fargeas, Préfet. Perpétuelle évolution Le monde des légumes vit une perpétuelle évolution. Celle-ci s’est accélérée ces dernières années. Il faut donc passer la surmultipliée pour être toujours dans la course. “Pour anticiper les évolutions des marchés” expliquent les dirigeants du Sileban, “les exploitants doivent désormais franchir un nouveau saut technologique qu’une opportunité commerciale permet en partie de sécuriser et dont les retombées économiques, sociales et environnementales attendues sont significatives”. Bref, organisé autour de quatre modules, le projet porté autour du pôle d’excellence rurale “Agri’Innov” vise à maîtriser de nouvelles techniques et procédés de production, engager une diversification de l’offre de produits par le biais de nouvelles cultures. Dans une autre optique, ce pôle va aussi former du personnel (chefs d’exploitation et salariés) à ces nouvelles techniques tout en accompagnant les producteurs dans la gestion de leur main d’oeuvre. Enfin, il apportera aussi un appui technique aux exploitants. Répondre aux besoins Le Sileban n’en est pas à son coup d’essai. Dans les années 1990, sous la houlette de Denis Onfroy, c’est dans le Cotentin qu’étaient mises en place les premières mesures agroenvironnementales (MAE). De même, c’est de Gatteville le Phare que sont parties les premières réflexions sur la formation des salariés en exploitation. Des expériences qui ont permis à la filière légumière manchoise de sortir la tête de l’eau. Aujourd’hui, le département occupe la première place pour la production de poireaux, de navets ou encore de salades pour la quatrième gamme. D’ailleurs, c’est en partie pour répondre à ce marché que Agri’Innov a vu le jour. Florette (groupe Agrial) a décidé d’augmenter ses approvisionnements de mâche (5000 tonnes aujourd’hui, 8000 à l’horizon 2010) ou encore de les diversifier afin de ne pas être dépendant de la seule région nantaise. “En terme d’emplois, le développement des productions sous serres, pour répondre aux besoins de Florette, devraient engendrer 150 postes (directs ou induits)”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité