Aller au contenu principal
Font Size

Philippe Faucon , Président de la commission Environnement de la FRSEA
“Le silence des agriculteurs serait interprété”

Le cinquième programme d’action de la directive nitrates est actuellement en consultation du public avant la signature de l’arrêté prévue pour cet été. Le point sur les nouvelles obligations agricoles avec Philippe Faucon, président de la commission environnement de la FRSEA.

© TG

L’Etat prévoit de nouvelles obligations pour les agriculteurs en vue de la lutte contre la pollution par les nitrates. Les représentants professionnels soutiennent-ils ce projet ?
On ne peut pas cautionner un projet qui aura pour conséquences d’augmenter les charges des exploitations. Or ce cinquième programme va produire plus de charges, plus de contraintes…sans aucune compensation que ce soit en aide directe ou en productivité supplémentaire.

Pourtant, vous avez été consultés. Comment se sont déroulées ces discussions ?
Oui nous avons été consultés. Je reconnais que le dialogue avec l’administration a été constructif. Mais cela ne suffit pas. Nous avons seulement satisfait à une obligation réglementaire qui est de faire en sorte qu’un arrêté soit publié. Pour notre part, nous n’étions pas d’accord, et nous ne le sommes toujours pas, sur le principe de ce cinquième programme. Maintenant, quand un texte doit être rédigé, devons-nous refuser tout dialogue au risque de voir mises en œuvre des mesures irréalistes ? Ou bien devons-nous accepter d’en discuter pour en limiter la portée ? Nous avons fait ce dernier choix.

Que reprochez-vous à ce texte ?
Tout d’abord, il n’a pour but que de répondre à la volonté de la commission européenne qui juge l’action de la France trop timide en matière de lutte contre la pollution par les nitrates. Il harmonise au niveau régional les actions menées jusqu’alors dans les départements. Et il prévoit de nouvelles contraintes. On ne peut donc être d’accord.

Vous avez des exemples concrets ?
Oui. Les normes de rejet d'azote des vaches laitières sont modifiées à la hausse selon la productivité des vaches et le régime alimentaire (pâturage ou non). Cela signifie que les plans d'épandages actuels sont tous à revoir. Il réduit les périodes d'épandage des effluents d'élevage. Cela se traduit par des besoins en capacité de stockage (fosses) supplémentaires. Il oblige à la couverture hivernale des sols et fixes des conditions de destruction des cultures pièges à nitrates (CIPAN). Ce sont donc des contraintes supplémentaires. Enfin, que dire du calcul de la fertilisation. S'il paraît normal d'établir un plan prévisionnel de fertilisation en fonction des besoins des plantes. Par contre la méthode retenue dans l'arrêté préfectoral est inapplicable par les agriculteurs. Cela ne fera qu'induire des charges d'accompagnement en conseil.

Vous n’avez pas pu changer cela ?
Le programme régional comprend deux volets : un arrêté national et un arrêté régional. Les contraintes les plus fortes ont été imposées au niveau national. En Basse-Normandie, nous avons eu une discussion qui a permis d’évoluer entre les propositions initiales et l’arrêté tel qu’il est écrit.

L’arrêté régional est en consultation. Comment les agriculteurs peuvent-ils participer ?
Il faut d’abord se connecter sur le site internet pour prendre connaissance du texte puis choisir de participer. Quant aux remarques à faire, chacun est libre de d’écrire ce qu’il veut. Pour notre part, nous tenons à la disposition des adhérents de nos FDSEA un argumentaire disponible sur demande.

Quel est l’intérêt de cette consultation ?
Cela fait désormais partie de la procédure. Le préfet a l’obligation de consulter le public. Il va sans dire que le silence des agriculteurs sur le sujet serait interprété à notre détriment. Et puisque la possibilité nous est offerte, autant la saisir.

Pour se connecter : http://www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr/ consultation-publique-mise-en-a1331.html
On peut déposer son avis à l’adresse électronique suivante :
nitrates-bnormandie@developpement-durable.gouv.fr
ou bien par courrier postal : DREAL, SRMP
10 bd du Général-Vanier - CS 60040 - 14006 Caen Cedex.
Date limite : 26 mai.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité