Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le T7 HD New Holland sur le terrain

Pour la première fois en Normandie, New Holland a dévoilé en dynamique sa nouvelle gamme T7 HD. Le 20 avril à Cheux (14), à l’invitation de Blanchard Agriculture, agriculteurs et entrepreneurs ont fait le déplacement. 

«Le choix d’un tracteur est toujours le résultat d’un compromis entre la puissance maximale nécessaire aux outils les plus exigeants et la capacité à pouvoir valoriser ce tracteur sur un spectre d’utilisation le plus large possible. Avec la gamme T7 HD, New Holland a su concentrer ce qui fait l’essence même des tracteurs de forte puissance. Le résultat : deux nouveaux modèles T7.290 et T7.315». Explications de Florent Raimbault, responsable commercial tracteur.

>> Pourquoi une nouvelle gamme T7 HD chez New Holland ?
Auparavant, on avait les T7 châssis long jusqu’au T7 270 avec empattement de 2,88 m. Après, on passait au T8 avec 3,55 m d’empattement. On avait donc un petit trou dans la gamme. C’est un tracteur qui va convenir parfaitement aux grosses exploitations et aux entrepreneurs de travaux agricoles. Des tracteurs de grosse puissance et polyvalent puisque l’on conserve un gabarit compact. Il est doté d’une très bonne maniabilité grâce à la structure de son châssis et équipé comme les grandes puissances avec, par exemple, des pneumatiques de 2,15 m de diamètre et de grosses capacités de relevages : 12 t arrière et 5,8 t avant.

>> Une gamme avec 2 modèles ?
Respectivement le T7 290 et le T7 315 de puissances maximales avec des puissances nominales de 270 et 290 cv. 

>> Et sous le capot ?
On retrouve le moteur FPT, 6,7 litres de cylindrée, technologie SCR (catalyseur), pas de recirculation des gaz d’échappement, pas de filtre à particule... Tout cela aux normes Tier 4 B. 

>> S’il fallait d’un mot qualifier cette nouvelle gamme ?
Sobriété. Sobriété en consommation de carburant mais on a aussi travaillé la réduction de consommation de puissance. Le compresseur d’air pneumatique pour le freinage est par exemple débrayable. Même chose du côté des pompes hydrauliques quand on n’a pas besoin de débit, que ce soit au niveau de la direction, de la transmission ou l’hydraulique de service.
Prochainement, nous proposerons même un ventilateur à pas variable. Elles seront aplats lorsque l’on n’aura pas besoin de refroidissement. Dans le cas contraire, elles s’orienteront juste en fonction des besoins. Enfin, au transport quand on aura besoin de freiner, ces pales s’inverseront pour pousser l’air et donc augmenter le frein moteur et le freinage naturel du tracteur.

>> Vous revendiquez aussi un très bon rayon de braquage ?
Le meilleur du marché dans sa catégorie de puissance grâce à la structure du châssis. C’est aussi un tracteur très polyvalent avec ses 4 régimes de prise de force arrière (1000, 1000 Eco, 540 et 540 Eco) et 2 régimes avant (1000 et 1000 Eco).

>> Dans la conjoncture actuelle, comment se comporte la marché du tracteur ?
Il varie d’un secteur à l’autre. Concernant l’élevage, on peut parler de stabilisation. Pour autant, les besoins sont toujours là mais on n’est pas dans le superflu. Les raisonnements d’investissement sont de plus en plus raisonnés économiquement. C’est d’ailleurs tout l’intérêt de la gamme T7 HD : consommation de carburant moindre, faibles coûts d’entretien, moteur simple, pas de filtre à particule. Tout a été pensé pour raisonner en coût à l’heure.

Quelques points forts
- Une offre de siège de trois modèles dont l’Auto ComfortTM qui intègre le réglage automatique du poids, une suspension avec amortisseur actif et un système de chauffage et de ventilation des coussins qui, l’été, rafraîchit le conducteur tout en évacuant l’humidité. 
- Le système séquences en fourrières HTS II permet d’enregistrer en roulant ou à l’arrêt toutes les actions effectuées lors de chaque manœuvre en fourrière. La séquence est ensuite associée à un outil pour la retrouver facilement d’année en année.
- Avec le système de contrôles des pneus (TPMS), vous contrôlez la pression de gonflage des roues du tracteur et de ses outils (jusqu’à 16 pneus simultanément. Des capteurs placés sur les valves des roues transmettent la pression mesurée à une antenne logée dans le toit de la cabine. Pour chaque application, l’utilisateur définit une pression de travail idéale en fonction de la charge et de la vitesse. A chaque fois qu’un outil est appelé, l’écran alerte le conducteur si la pression s’écarte trop de la pression consigne.
- A noter enfin une capacité record du réservoir de 630 litres, ce qui limite les ravitaillements en plein champ.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité