Aller au contenu principal

Délégation de travaux
Le travail à façon Linkinfarm

Lors du Salon international de l’agriculture, qui a eu lieu en février 2020 à Paris, la société Linkinfarm, basée à Mouen (14), a lancé sa nouvelle offre de gestion de fermes à façon. Celle-ci s’articule autour d’un chef de cultures, d’un réseau d’entrepreneurs de travaux agricoles, d’un logiciel et d’une Application mobile pour le suivi des chantiers. Objectif : accompagner le renouvellement des générations et aider les agriculteurs à se libérer du temps. 

LINKINFARM
« Le travail à façon permet à un agriculteur de déléguer ses travaux agricoles tout en conservant son statut d’agriculteur actif, son patrimoine, ses baux et donc l’usage de ses terres », assure Philippe Fournier.
© DR

L’histoire de Linkinfarm est celle d’une société née en 2017 à côté de Caen. Elle a pour vocation d’aider les agriculteurs à gagner du temps et à réduire leurs charges de mécanisation, et ce, grâce à un système de mise en relation avec les entrepreneurs de travaux agricoles (ETA) de leur zone. Les agriculteurs identifient donc facilement les machines et les prix des ETA présentes dans un rayon d’action de 50 km et susceptibles de réaliser les travaux qu’ils recherchent. Les associés de Linkinfarm réalisent rapidement que les agriculteurs se servent du site comme d’un annuaire et qu’ils prennent souvent leur téléphone pour passer commande. « Dans un second temps, nous avons vite identifié que les ETA rencontrent des problèmes de trésorerie dus à des oublis ou des envois tardifs de leurs factures, décrit Philippe Fournier, cofondateur. Afin de simplifier tout ce processus de la réalisation des chantiers à la facturation et au paiement, nous avons alors adapté nos solutions digitales et poussé le développement du site vers une Appli de suivi de chantiers et un logiciel de facturation. »

Une solution pour se libérer du temps

Philippe Fournier et ses associés ont été interpellés, comme beaucoup, par les données démographiques agricoles : « 50 % des agriculteurs ont 55 ans et plus », constate Philippe Fournier. Dans dix ans, un agriculteur sur deux sera donc potentiellement à la retraite. Se pose alors la question bien connue du renouvellement des générations. Les chiffres montrent aussi des exploitants - nombreux - qui travaillent encore à plus de 70 ans. « Ce sont des personnes qui ne veulent pas perdre leur ferme, ni venir en agrandir une autre et qui continuent de cultiver pour conserver les terres en attendant qu’un proche ou même le petit-fils prenne enfin la relève », analyse Philippe Fournier. Pourquoi ne pas aller encore plus loin et leur proposer la conduite complète de leurs cultures du semis jusqu’à la récolte ? « Pour beaucoup, cette délégation rentre dans une logique patrimoniale. D’autre part, nous avons également identifié une opportunité en ce qui concerne les exploitants souhaitant se libérer du temps tels que les doubles actifs ou en quête de performance pour les agriculteurs spécialisés (cultures industrielles ou en polycultures-élevage par exemple). »

Un mode de fonctionnement structuré et transparent

Concrètement, le travail à façon revient à déléguer la gestion complète de ses terres à Linkinfarm : travaux agricoles, coordination, gestion des intrants et récolte, stratégie culturale, suivis des cultures et administratif, jusqu’au financement et à l’assurance. « Ludovic Clément a été embauché comme chef de cultures et devient ainsi l’interlocuteur privilégié », annonce Pierre Desmyttere, business développeur. Le rôle de Ludovic est de coordonner les travaux et d’assurer des tours de plaine réguliers avec pour objectifs que les terres soient cultivées de manière optimale. Plus de 700 entreprises agricoles sont déjà inscrites sur le site. Le chef de cultures missionne une ou plusieurs ETA en fonction des besoins des cultures, du temps, du type de machine requis et des disponibilités de chacun. Pour le suivi des interventions, des boîtiers Karnott, qui rapportent les temps de travaux et les surfaces effectués, sont installés temporairement sur le matériel des entrepreneurs. « De cette manière, nous restons informés sur les travaux réellement réalisés, nous sommes transparents vis-à-vis de nos clients et réussissons à être précis pour la facturation, appuie Philippe Fournier. Chaque intervention génère un rapport d’activité, consultable par le chef de cultures et par l’exploitant. Chaque année, le chef de cultures convient avec l’agriculteur de l’assolement idéal et estime sa future rentabilité qu’il suivra au fur et à mesure de la réalisation des travaux. Nous prévoyons également d’aiguiller l’exploitant vers un achat optimal de ses intrants, mais celui-ci garde la main et conserve ainsi son statut d’agriculteur actif. Le chef de cultures communique régulièrement et si besoin avec l’agriculteur, qui connaît généralement ses terres mieux quiconque. »


Vers un réseau de chef de cultures

Dans ce fonctionnement, l’exploitant peut revendre une partie de son parc matériel et ainsi diminuer son taux d’endettement global. « Grâce à l’intervention d’ETA et de machines de dernière génération, certaines parcelles vont bénéficier de technologies à la pointe, comme elles n’en ont jamais vu. Il n’y a pas de limite, car les investissements en machines sont réalisés par les ETA. Nous aidons aussi les agriculteurs à réaliser des économies de semences, d’intrants, grâce aux cartes de biomasse et aux images satellites ».
Les coûts des interventions sont facturés à l’exploitant au coût réel alors que le travail de gestion et de coordination pour le travail à façon est facturé au forfait d’une centaine d’euros par ha.
Un contrat type de travail à façon dure en général trois ans avec tacite reconduction. En cas de besoin d’une mise à disposition plus rapide, « il peut être arrêté chaque année après la récolte », si dénoncé avant une date anniversaire, précise Philippe Fournier.
Depuis le lancement de l’offre, Linkinfarm a contractualisé avec plusieurs exploitants agricoles en Normandie et en Sologne.
« Dans un futur proche, notre objectif est de « cloner Ludo » afin qu’un réseau de chefs de cultures s’organise sur tout le territoire Français. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Claas, jaguar 990 TT
La Jaguar 990 TT : ce qu’en disent les chauffeurs
Dans la parcelle de Francis Martin et Mickaël Philippe à Sottevast (50), une vingtaine de collègues ont prêté main-forte aux…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
ABATTOIR ASH TEBA
Nouveau coup dur pour l’abattoir et Teba
Dans la nuit de mercredi 21 à jeudi 22 octobre 2020, des fuites sur l’installation froid ont été détectées à l’Abattoir de Saint-…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
Publicité