Aller au contenu principal

Abattoir de Vire (14)
Le tribunal de commerce préfère l’électronique

Après plus d’une année de suspense et de multiples reports, le Tribunal de Commerce de Condé-sur-Noireau a statué. L’abattoir de Vire sera démantelé. C’est l’entreprise d’électronique Soprolec qui s’installera dans les locaux du désormais ancien abattoir de Vire.

L'activité des Etablissements Marcel Quentin avait été stoppé en septembre 2007.
L'activité des Etablissements Marcel Quentin avait été stoppé en septembre 2007.
© V.M.

L’abattoir de Vire, c’est fini ! Mardi 19 h 30, la décision est désormais officielle. Le juge commissaire a rendu son ordonnance en faveur de Soprolec. Cette entreprise basée à Ger, dans la Manche, est spécialisée dans l’électronique. Le tribunal de commerce de Condé-sur-Noireau s’est donc prononcé en faveur du démantèlement de l’abattoir de Vire.La Cheville Saint-Loise était également candidate avec l’objectif d’abattre 7 000 tonnes par an. Son offre a été jugée insuffisante. Pascal Lecomte, gérant de la Cheville Saint-Loise : “il faut digérer. Je savais que la partie n’était pas gagnée quand le tribunal a reporté la décision deux mois plus tôt”.

Immense gâchis
Du côté du syndicalisme agricole, les réactions se révèlent plus violentes. Un immense gâchis : telle est la première déclaration de Patrice Lepainteur, président de la Fdsea du Calvados. “Je trouve cette décision honteuse. C’est un gâchis incroyable. La participation des contribuables est sacrifiée pour quelques intérêts privés. Les collectivités avaient investi pour structurer un outil qui réponde aux attentes des consommateurs. C’est totalement inadmissible. Je ne comprends pas. Il n’y a pas grand-chose à ajouter. Reste à connaitre l’écart entre les deux offres. Nous nous sommes mobilisés. Nous avons essayé de faire comprendre aux décisionnaires de cette affaire où était l’intérêt général. Ils ne nous ont pas entendu ou écouté”.

L’indemnisation des éleveurs
Alain Lebaudy, éleveur à Lassy et élu de la FDSEA 14, a également suivi le dossier. Sa réaction est sans appel : “mécontentement, colère et déception sont les mots qui me viennent à l’esprit. On se moque du monde. C’est un outil subventionné par l’Etat, par l’Europe, par la région. C’est d’autant plus surprenant qu’on aurait pu implanter cette entreprise d’informatique dans d’autres locaux. On va à l’encontre de l’avis des élus du secteur”.
Le représentant de la Fdsea songe désormais aux créances des agriculteurs. “Il va falloir maintenant engager la procédure
avec le Conseil régional pour obtenir une indemnisation partielle des éleveurs
”.
Mais chaine d’abattage contre puces électronique : la partie n’est peut-être pas totalement terminée. “La loi peut permettre d’éventuels recours”, a souligné la greffière à la sortie du tribunal. Plus de détails dans notre prochaine édition.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité