Aller au contenu principal

Le vélo baratte au départ du Tour de France

Le grand départ du Tour de France sera donné au Mont-Saint-Michel le 2 juillet. Pour les agriculteurs et plus particulièrement les JA de la Manche, pas question de manquer l’événement. Ils seront postés le 3 juillet à juillet avec le vélo baratte, une création unique qui devrait permettre de parcourir 182 km et produire 182 kg de beurre.

© SB

llll C’est à proximité de la plage verte à Saint-Lô, au départ de la deuxième étape du Tour de France, que les JA seront postés, et l’après-midi, place de l’hôtel de ville. Sur leur espace, un vélo particulier pour l’événement : un vélo baratte. Le concept est inédit, le vélo aux couleurs de la France, est relié à une baratte à beurre. Chaque coup de pédale entraine le mécanisme, transformant petit à petit la crème en beurre. Les premiers coups de pédale ont été donnés lundi dernier par Philippe Bas, président du Conseil départemental de la Manche, pour inaugurer la création unique, sur l’exploitation de la famille Lebouvier à Saint-Jean-du-Corail-des-Bois.

Relever le défi
Le défi à relever est simple même « si la barre est haute » admettent les JA. La deuxième étape séparant Saint-Lô de 182 km de Cherbourg-en-Cotentin, les Jeunes agriculteurs voudraient fabriquer 182 kg de beurre. A la fois les adhérents des JA seront sollicités pour pédaler mais aussi le grand public. Quelques petits réglages sont encore à réaliser. Mais l’invention sera prête pour le jour J.

Communiquer positivement
Pour les agriculteurs, le Tour est « une occasion unique de communiquer » comme le souligne Jean-François Dorenlor, responsable communication du syndicat. Et communiquer de manière positive sur le métier, leur passion, leur quotidien. « On a tous à cœur de participer à un tel événement » indiquent les JA de manière collégiale. Et pour cause, « les paysages manchois vont être mis en avant ». Une raison suffisante pour ceux qui les façonnent au quotidien. C’est aussi l’occasion unique de montrer la richesse du territoire. « C’est une profession qui évolue avec son temps. Nous devons échanger avec le grand public pour faire connaître notre profession et s’assurer que demain, des jeunes agriculteurs pourront continuer à s’installer » poursuivent-ils.

Et si Michel Polnareff pédalait ?
L’emplacement exact du stand des JA n’est pas totalement définitif. Et pourquoi pas se trouver à proximité du plateau de l’émission Village départ qui devrait se situer au bas de la route de Villedieu. L’occasion peut-être d’être à l’antenne et d’accueillir Michel Polnareff, présent sur cette seconde étape. C’est le souhait des JA. Peut-être seront-ils entendus.

25 bonshommes de paille
La mobilisation ne s’arrête pas
au vélo-baratte. Pas moins de 25 bonhommes de paille seront construits sur le parcours des différentes étapes, tous avec un maillot particulier en fonction de l’emplacement, et en indiquant le point kilométrique. Les différents cantons se mobilisent pour que la fête soit belle.
La communication se poursuit sur les réseaux sociaux. Pendant les trois semaines précédentes, des photos humoristiques seront publiées sur le compte Facebook sur le thème de l’agriculture et le vélo.
Les JA sont prêts à accueillir le Tour de France. Ils le disent haut et fort.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité