Aller au contenu principal

Le village animal

Frédéric Launay est directeur du domaine expérimental INRA du Pin où ont lieu les Prairiales 2019.

Cette année, les Prairiales ont lieu au domaine  expérimental de l’INRA au Pin. L’Institut ne reçoit les Prairiales que tous les quatre ans, pourquoi ?

Nous effectuons à l’INRA de la recherche finalisée , mais à long terme. Cela prend du temps, entre 5 et 15 ans. Nous avons besoin d’avoir des données qui s’accumulent et de s’affranchir des effets années. C’est pourquoi nous ne communiquons pas immédiatement sur nos travaux. Toutefois, et même si nous présentons des résultats partiels, il nous semble important d’expliquer aux éleveurs ce que nous faisons.

 

Que présenterez-vous au sein du village Animal ?

Les scientifiques de l’INRA présenteront tout d’abord un travail sur l’efficacité alimentaire ainsi que les résultats d’une expérimentation sur les systèmes herbagers.

Nous montrerons aux éleveurs les nouveaux outils acquis pour réaliser le phénotypage au haut débit. Les données acquises nous servent à définir plus finement les caractères génétiques d’intérêt pour l’élevage de demain. Il s’agit d’un système d’auges qui mesurent l’ingestion individuelle et caractérise les repas. Nous avons en outre réalisé des travaux sur les interactions entre génétique et santé. L’objectif est de sélectionner les animaux pour leur faculté à résister aux mammites et aux maladies respiratoires pour les veaux. Nous avons également travaillé sur l’efficacité alimentaire des vaches allaitantes et le déterminisme génétique de leur précocité sexuelle et de leur développement.

Un atelier sera consacré à la génomique « pour les nuls » afin de rappeler les fondamentaux de la sélection à l’ère de la génomique !

Nous évoquerons également les systèmes herbagers. Depuis quatorze ans, nous menons une expérimentation autour de deux stratégies d’alimentation. Dans le premier système, nous recherchons l’expression du potentiel laitier; dans le second, les vaches s’adaptent à la ressource locale, l’herbe. Nous réalisons des mesures sur les prairies. Les données recueillies sont précieuses pour caractériser les systèmes herbagers. Notre but est de définir la résilience globale du système en dehors des à-coups climatiques et économiques. Nous présenterons des outils pour le quotidien d’aide à la gestion de pâturage, afin d’aider ceux qui veulent revenir aux systèmes herbagers.

 

A qui s’adressent ces ateliers ?

Ils s’adressent à tous les éleveurs intéressés par l’exploitation de la prairie. Toutes les questions seront abordées : implantation, rôle environnemental, volet végétal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité