Aller au contenu principal

Herbe
L’éducation à l’herbe !

Au lycée agricole de Vire, l’herbe est sous- surveillance. Coût et pousse sont scrutés dans un cadre pédagogique.

Sur l’exploitation du lycée agricole de Vire, toutes les productions sont liées à la formation des futurs agriculteurs. La gestion de l’herbe en fait partie. “La ferme pédagogique est un outil de sensibilisation des élèves. Généralement, leurs maîtres de stages maîtrisent davantage les variétés de maïs. Les élèves portent souvent un regard administratif sur les pâturages. Ils ignorent les rendements, les valeurs ou les variétés. Ici nous travaillons avec l’herbe et nous n’avons pas à rougir de nos résultats. On montre qu’on peut produire de l’herbe avec peu d’intrants”, note Paule Mahmoudi, enseignante en production végétale. 

Coût de la ration : 70 €/ 1000 litres
Les coûts de pousse sont donc examinés précisément.  Sur l’année, la ration des vaches laitières traites revient en moyenne à 70 €/1000 litres, dont 31 € pour le fourrage. “C’est un bon résultat. Dans certaines exploitations, 70 € correspond à la moyenne de l’été”, constate Benoît Colombel, technicien élevage au Contrôle laitier. Un coût de production qui ne limite pas la production du troupeau mixte mêlant Normandes et  Prim’Holstein. Elle se situe à 8 000 kg de moyenne. Cette performance implique une valorisation optimale des fourrages au bon moment. “Nous utilisons le maïs comme complément de l’herbe. Les animaux n’ont pas accès aux bâtiments. Nous profitons de la traite Même si philosophiquement je serai partisan d’arrêter le maïs, il ne faut pas le décréter bêtement. Fermer le silo n’est donc pas notre objectif”, explique Jean-Paul Rousiere, responsable de l’exploitation. Actuellement, les vaches produisent 28 kg de lait. Le coût de la ration oscille autour des 33 €. Outre l’herbe pâturée, 4 kg de matière sèche de maïs et 1,5 kg de concentré sont distribués aux animaux.

Météo difficile : 25 ares par vache
Les aléas météorologiques pourraient cependant venir perturber cet équilibre. Avec la sécheresse et le froid, la gestion rationnelle des pâtures atteint ses limites. “Nous sommes coincés par la faible pousse d’herbe. C’est exceptionnel, nous arrivons en rupture cette semaine. Logiquement, la rotation des parcelles devrait atteindre 3 semaines et 20 ares par vaches. À ce moment, nous sommes à 24-25 ares”. Cette semaine quatre hectares d’herbe seront ensilés. La récolte devrait permettre de limiter l’augmentation du maïs et de maintenir les 4 kg jusqu’à la mi-juillet.

L’exploitation en chiffres

- 55 hectares de SAU.
- 308 000 litres de quota (troupeau mixte normand et Holstein à 8000 kg de moyenne).
- 5 à 6 boeufs élevés par an valorisés en vente directe via l’atelier de transformation du lycée.
- Atelier porcin post sevreur engraisseur. 1200 porcs charcutiers produits par an. 60 sont élevés sur paille et transformés par le lycée.
- 24 cages-mère lapin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité