Aller au contenu principal

Micro-granulés insecticides
L’efficacité est liée aux conditions d’emploi

Les produits insecticides micro-granulés à appliquer dans la raie de semis du maïs agissent par contact. La qualité de leur application est donc essentielle pour une bonne efficacité.

Les produits insecticides microgranulés Force 1.5G et Belem 0.8 MG appartiennent à la famille des pyréthrinoïdes et agissent par contact. Leur efficacité dépend donc de la qualité de leur mise en œuvre au moment du semis. L’utilisation d’un diffuseur, positionné à la descente du microgranulateur, est indispensable. Il permet de bien répartir les microgranulés dans le lit de semences autour de la zone où est déposée la graine et au-dessus de celle-ci. (voir schéma : principe de fonctionnement). En l’absence de diffuseur, les essais réalisés par Arvalis ont montré une perte d’efficacité importante, voire totale.L’emplacement des diffuseurs est fonction du type de semoir. Sur les semoirs à socs, le diffuseur doit être placé juste après le soc, avant la fermeture du sillon. Sur les semoirs à disques, sans soc, le diffuseur est positionné devant les disques ouvreurs. Avec les semoirs à disque, le sillon est plus étroit et la répartition des microgranulés est moins bonne. Les essais comparaison de semoirs ont montré que l’efficacité des produits insecticides en microgranulés est en moyenne inférieure avec les semoirs à disques.

La qualité du lit de semences est essentielle

L’efficacité de la protection des microgranulés Force 1.5G et Belem 0.8 MG est également dépendante de la qualité de la préparation du sol. Compte tenu de l’impossibilité de positionner les microgranulés avec régularité dans les sols motteux ou caillouteux, en présence de résidus, sur sols soufflés ou trop secs, la protection apportée par ces produits peut alors parfois être insuffisante.Enfin, il faut signaler que l’efficacité de ces produits peut être significativement dégradée en cas de réduction de dose. Seul Force 1.5G peut accepter une légère modulation de dose de 12 kg/ha à 10 kg/ha en situation de risque moyen à faible. Cependant, cela augmente le risque d’irrégularité de la protection.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Prix du lait juillet 2022 : le compte n’y est vraiment pas selon Ludovic Blin
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Mesures de restriction d’eau dans le Calvados
La situation hydrologique et hydrogéologique était déjà défavorable début juillet 2022. L’absence de précipitation ainsi que les…
Moisson 2022 : dernière ligne droite
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 25 …
Coquillages et préjugés : Anaïs, portrait d’une reconvertie
Le Comité régional conchyliculture (CRC) a lancé sa campagne de communication ConchyQuoi en mai 2022 sur les réseaux sociaux. Des…
Moisson 2022 : rapide et en avance
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 18 …
Sécheresse - Prix du lait - FDSEA-JA 50
Sécheresse 2022 : les agriculteurs face à une « situation critique »
La FDSEA et les Jeunes agriculteurs de la Manche ont tiré la sonnette d’alarme, lundi 8 août 2022 à Saint-Lô, sur les difficultés…
Publicité