Aller au contenu principal

Micro-granulés insecticides
L’efficacité est liée aux conditions d’emploi

Les produits insecticides micro-granulés à appliquer dans la raie de semis du maïs agissent par contact. La qualité de leur application est donc essentielle pour une bonne efficacité.

Les produits insecticides microgranulés Force 1.5G et Belem 0.8 MG appartiennent à la famille des pyréthrinoïdes et agissent par contact. Leur efficacité dépend donc de la qualité de leur mise en œuvre au moment du semis. L’utilisation d’un diffuseur, positionné à la descente du microgranulateur, est indispensable. Il permet de bien répartir les microgranulés dans le lit de semences autour de la zone où est déposée la graine et au-dessus de celle-ci. (voir schéma : principe de fonctionnement). En l’absence de diffuseur, les essais réalisés par Arvalis ont montré une perte d’efficacité importante, voire totale.L’emplacement des diffuseurs est fonction du type de semoir. Sur les semoirs à socs, le diffuseur doit être placé juste après le soc, avant la fermeture du sillon. Sur les semoirs à disques, sans soc, le diffuseur est positionné devant les disques ouvreurs. Avec les semoirs à disque, le sillon est plus étroit et la répartition des microgranulés est moins bonne. Les essais comparaison de semoirs ont montré que l’efficacité des produits insecticides en microgranulés est en moyenne inférieure avec les semoirs à disques.

La qualité du lit de semences est essentielle

L’efficacité de la protection des microgranulés Force 1.5G et Belem 0.8 MG est également dépendante de la qualité de la préparation du sol. Compte tenu de l’impossibilité de positionner les microgranulés avec régularité dans les sols motteux ou caillouteux, en présence de résidus, sur sols soufflés ou trop secs, la protection apportée par ces produits peut alors parfois être insuffisante.Enfin, il faut signaler que l’efficacité de ces produits peut être significativement dégradée en cas de réduction de dose. Seul Force 1.5G peut accepter une légère modulation de dose de 12 kg/ha à 10 kg/ha en situation de risque moyen à faible. Cependant, cela augmente le risque d’irrégularité de la protection.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
MANIFESTATION FDSEA 50 JA 50 JANVIER 2021
Une mobilisation active devant les grilles de la préfecture
Le 19 janvier, les adhérents de la FDSEA et des JA de la Manche étaient appelés à se mobiliser devant la préfecture pour dénoncer…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité