Aller au contenu principal

Micro-granulés insecticides
L’efficacité est liée aux conditions d’emploi

Les produits insecticides micro-granulés à appliquer dans la raie de semis du maïs agissent par contact. La qualité de leur application est donc essentielle pour une bonne efficacité.

Les produits insecticides microgranulés Force 1.5G et Belem 0.8 MG appartiennent à la famille des pyréthrinoïdes et agissent par contact. Leur efficacité dépend donc de la qualité de leur mise en œuvre au moment du semis. L’utilisation d’un diffuseur, positionné à la descente du microgranulateur, est indispensable. Il permet de bien répartir les microgranulés dans le lit de semences autour de la zone où est déposée la graine et au-dessus de celle-ci. (voir schéma : principe de fonctionnement). En l’absence de diffuseur, les essais réalisés par Arvalis ont montré une perte d’efficacité importante, voire totale.L’emplacement des diffuseurs est fonction du type de semoir. Sur les semoirs à socs, le diffuseur doit être placé juste après le soc, avant la fermeture du sillon. Sur les semoirs à disques, sans soc, le diffuseur est positionné devant les disques ouvreurs. Avec les semoirs à disque, le sillon est plus étroit et la répartition des microgranulés est moins bonne. Les essais comparaison de semoirs ont montré que l’efficacité des produits insecticides en microgranulés est en moyenne inférieure avec les semoirs à disques.

La qualité du lit de semences est essentielle

L’efficacité de la protection des microgranulés Force 1.5G et Belem 0.8 MG est également dépendante de la qualité de la préparation du sol. Compte tenu de l’impossibilité de positionner les microgranulés avec régularité dans les sols motteux ou caillouteux, en présence de résidus, sur sols soufflés ou trop secs, la protection apportée par ces produits peut alors parfois être insuffisante.Enfin, il faut signaler que l’efficacité de ces produits peut être significativement dégradée en cas de réduction de dose. Seul Force 1.5G peut accepter une légère modulation de dose de 12 kg/ha à 10 kg/ha en situation de risque moyen à faible. Cependant, cela augmente le risque d’irrégularité de la protection.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité