Aller au contenu principal

Micro-granulés insecticides
L’efficacité est liée aux conditions d’emploi

Les produits insecticides micro-granulés à appliquer dans la raie de semis du maïs agissent par contact. La qualité de leur application est donc essentielle pour une bonne efficacité.

Les produits insecticides microgranulés Force 1.5G et Belem 0.8 MG appartiennent à la famille des pyréthrinoïdes et agissent par contact. Leur efficacité dépend donc de la qualité de leur mise en œuvre au moment du semis. L’utilisation d’un diffuseur, positionné à la descente du microgranulateur, est indispensable. Il permet de bien répartir les microgranulés dans le lit de semences autour de la zone où est déposée la graine et au-dessus de celle-ci. (voir schéma : principe de fonctionnement). En l’absence de diffuseur, les essais réalisés par Arvalis ont montré une perte d’efficacité importante, voire totale.L’emplacement des diffuseurs est fonction du type de semoir. Sur les semoirs à socs, le diffuseur doit être placé juste après le soc, avant la fermeture du sillon. Sur les semoirs à disques, sans soc, le diffuseur est positionné devant les disques ouvreurs. Avec les semoirs à disque, le sillon est plus étroit et la répartition des microgranulés est moins bonne. Les essais comparaison de semoirs ont montré que l’efficacité des produits insecticides en microgranulés est en moyenne inférieure avec les semoirs à disques.

La qualité du lit de semences est essentielle

L’efficacité de la protection des microgranulés Force 1.5G et Belem 0.8 MG est également dépendante de la qualité de la préparation du sol. Compte tenu de l’impossibilité de positionner les microgranulés avec régularité dans les sols motteux ou caillouteux, en présence de résidus, sur sols soufflés ou trop secs, la protection apportée par ces produits peut alors parfois être insuffisante.Enfin, il faut signaler que l’efficacité de ces produits peut être significativement dégradée en cas de réduction de dose. Seul Force 1.5G peut accepter une légère modulation de dose de 12 kg/ha à 10 kg/ha en situation de risque moyen à faible. Cependant, cela augmente le risque d’irrégularité de la protection.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité