Aller au contenu principal

CAP 50 Porc
Légère hausse du revenu

Si les éleveurs ont perçu, en moyenne, + 3 euros par truie, la hausse du coût de l’aliment pénalise leurs efforts de productivité.

Explications sur l’assainissement du schéma, notamment en Large-White.
Explications sur l’assainissement du schéma, notamment en Large-White.
© E.C.
Année stable pour le revenus des éleveurs de Cap 50; en 2006, ils ont dégagé, en moyenne, 377 euros par truie (374 en 2005). L’occasion pour Jean-Luc Osmont, président de la structure, d’indiquer, lors de la réunion d’information se déroulant à Saint-Lô dernièrement, “cette situation se caractérise par une légère augmentation du prix péréqué (+2,6 cts en moyenne), des coûts d’aliments en hausse et un maintien des performances d’élevage”. La conjoncture, elle, reste difficile mais les outils d’abattage, pour le premier trimestre 2007, on retrouvé un peu de marge. Schéma assaini Bonne nouvelle concernant le schéma, celui-ci est assaini, tout du moins la lignée Large-White. Au chapitre des postes de dépense, celui de la santé reste identique à l’année précédente au niveau national, alors qu’une baisse de 6 euros par truie est enregistrée à Cap 50. “Les premiers résultats encourageants des élevages assainis nous confortent dans notre démarche sanitaire, même s’il est possible de faire mieux. Les élevages ont, en moyenne, baissé de 78 euros leurs dépenses de santé après leur repeuplement”. La charge d’amortissement diminue de 8 euros par truie. Il faut cependant distinguer deux groupes d’élevage. D’une part, des unités récentes avec une charge d’amortissement et de frais financiers plus élevés mais de meilleures performances techniques et des élevages plus anciens avec moins de charges de structure mais avec des performances techniques plus faibles. La hausse du coût des matériaux qualifiée par les dirigeants de “vertigineuse” risque d’entraîner un nouveau raisonnement dans les investissements, “allongement des durées d’amortissement, association d’éleveurs pour optimiser au maximum les investissements”. Coûts de production Le seul responsable de l’augmentation des coûts de production est l’aliment, notamment pour le second semestre 2006. “Les chiffres entre les élevages varient de 1 à 1,40 euro par kilo de carcasse (sauf pour les élevages mixtes avec vente de porcelets)”. La taille moyenne des élevages Cap 50 se situe à 191 truies. Les élevages de taille importante obtiennent de meilleures performances techniques : +0,8 par porc produit, 76 euros de marge sur coût alimentaire. “Le revenu de l’éleveur à la truie augmente de 46 euros”. Le nombre de porcs produits par truie/an, autrement dit la productivité, indique une différence de 4 porcs séparant le groupe de tête du groupe de queue avec, bien évidemment, de fortes conséquences sur les marges : 318 euros sur la marge coût alimentaire et 145 euros sur le revenu. A noter que les élevages présentant une bonne productivité sont plutôt des unités de taille plus importante que la moyenne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité