Aller au contenu principal

Jean-François Le Grand, président du Conseil général de la Manche
“L’élevage départemental n’est pas délocalisable”

Pour le président du Conseil général de la Manche, l’élevage départemental n’est pas délocalisable. “Nous sommes sur un socle de production qui est un socle naturel”, insiste Jean-François Le Grand. Mais la mondialisation est quand même à craindre en terme de concurrence.

La mondialisation est un risque en terme de concurrence mais il n’ y a pas de risque de délocalisation.
La mondialisation est un risque en terme de concurrence mais il n’ y a pas de risque de délocalisation.
© DR

Comment établissez-vous votre politique agricole départementale ?
Chaque année, il y a une réunion préparatoire avec la Chambre d’Agriculture dans son hétérogénéité et dans sa composition pour arrêter la politique agricole départementale. D’ailleurs, on nous reproche souvent d’être à la remorque de la Chambre d’Agriculture. Ce n’est pas une remorque, c’est un dialogue. Mais l’essentiel est d’aller vers l’excellence et vers les mesures qui sont les meilleures pour que l’élevage, tel qu’il existe dans la Manche, puisse continuer à être florissant. Nous sommes probablement l’un des derniers départements à disposer d’une telle richesse d’élevages et d’éleveurs.

Il faut désormais cohabiter avec la mondialisation. Sommes-nous menacés par une éventuelle délocalisation de notre élevage ?
La mondialisation est un risque en terme de concurrence mais il n’ y a pas de risque de délocalisation. Nous sommes sur un socle de production qui est un socle naturel. Au contraire, l’évolution de la PAC va être de telle nature que ce type de production va être renforcé. On va avoir une évolution des premier et second piliers pour que l’on aille vers une autonomie agricole européenne beaucoup plus importante. Dans cette recherche d’autonomie, dans cette évolution d’une PAC durable, il y a une très grande chance pour les éleveurs bovins de la Manche.

On accuse la vache de trouer la couche d’ozone. Vous qui placez l’environnement au cœur de vos préoccupations et si vous étiez procureur, vous seriez plutôt tenté d’instruire le dossier à charge ou à décharge?
Je pense qu’il y a plus d’humains en France que de bovins. Et bien, que chacun se regarde car nous contribuons tous à trouer la couche d’ozone.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité