Aller au contenu principal

Jean-François Le Grand, président du Conseil général de la Manche
“L’élevage départemental n’est pas délocalisable”

Pour le président du Conseil général de la Manche, l’élevage départemental n’est pas délocalisable. “Nous sommes sur un socle de production qui est un socle naturel”, insiste Jean-François Le Grand. Mais la mondialisation est quand même à craindre en terme de concurrence.

La mondialisation est un risque en terme de concurrence mais il n’ y a pas de risque de délocalisation.
La mondialisation est un risque en terme de concurrence mais il n’ y a pas de risque de délocalisation.
© DR

Comment établissez-vous votre politique agricole départementale ?
Chaque année, il y a une réunion préparatoire avec la Chambre d’Agriculture dans son hétérogénéité et dans sa composition pour arrêter la politique agricole départementale. D’ailleurs, on nous reproche souvent d’être à la remorque de la Chambre d’Agriculture. Ce n’est pas une remorque, c’est un dialogue. Mais l’essentiel est d’aller vers l’excellence et vers les mesures qui sont les meilleures pour que l’élevage, tel qu’il existe dans la Manche, puisse continuer à être florissant. Nous sommes probablement l’un des derniers départements à disposer d’une telle richesse d’élevages et d’éleveurs.

Il faut désormais cohabiter avec la mondialisation. Sommes-nous menacés par une éventuelle délocalisation de notre élevage ?
La mondialisation est un risque en terme de concurrence mais il n’ y a pas de risque de délocalisation. Nous sommes sur un socle de production qui est un socle naturel. Au contraire, l’évolution de la PAC va être de telle nature que ce type de production va être renforcé. On va avoir une évolution des premier et second piliers pour que l’on aille vers une autonomie agricole européenne beaucoup plus importante. Dans cette recherche d’autonomie, dans cette évolution d’une PAC durable, il y a une très grande chance pour les éleveurs bovins de la Manche.

On accuse la vache de trouer la couche d’ozone. Vous qui placez l’environnement au cœur de vos préoccupations et si vous étiez procureur, vous seriez plutôt tenté d’instruire le dossier à charge ou à décharge?
Je pense qu’il y a plus d’humains en France que de bovins. Et bien, que chacun se regarde car nous contribuons tous à trouer la couche d’ozone.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
VIDEO. L’opération recyclage de pneus est sur les rails
Depuis mardi 16 et jusqu’à lundi 29 mars, la FDSEA organise une collecte de pneus usagés. Grâce à l’aide financière et matérielle…
Le premier télesco de Camacuma livré en Basse-Normandie
Vendredi 19 mars 2021, Anthony Bayet, président de la Cuma des Salers, à Cricqueville-en-Auge (14), recevait le premier…
Publicité