Aller au contenu principal

Mikaël Poullain
L'élevage : le choix d’un métier complet

Fils d'éleveur, Mikaël Poullain était plutôt tenté de travailler dans le machinisme. Mais au volant des tracteurs, il lui manquait quelque chose.

© AD
Certains savent qu'ils seront éleveurs. D'autres grandissent avec les animaux et leur contact leur semble tellement naturel qu'ils ne se sont pas rendu compte qu'ils ont pris le virus. C'est en s'éloignant du troupeau qu'ils réalisent. Comme Yves Duteil avec sa guitare, “ça les démange”. Mikaël Poullain est l'un d'entre eux. “A l'age de 15/16 ans, je ne me voyais pas agriculteur, se rappelle t-il. J'ai toujours été dans le bain de la ferme laitière de mes parents, mais c'est le machinisme qui m'intéressait”. Il oriente ses études dans ce sens. Après un BEP et un Bac pro Agroéquipement, il se destinait alors à travailler dans des entreprises de travaux agricoles (ETA). Mais rien à faire, durant les stages et les saisons passées au volant des machines, l'élevage lui manque. C'est en poursuivant ses études avec un BTS ACSE qu'il prend la décision de s'installer. “Je me suis rendu compte que je ne me serai pas plu très longtemps dans une ETA, explique le jeune éleveur. Aujourd'hui, je suis très content du choix que j'ai fait. Sur la ferme, je fais un peu de tout. C'est un métier très complet.”
A 22 ans, Mikaël est installé depuis six mois en GAEC avec son père et sa mère. Son arrivée sur la ferme a été simple et rapide. “En juin 2011, j'ai présenté mon dossier et j'ai pu m'installer au premier janvier 2012. Le cédant, feu Raymond Breton, bien connu dans la profession et gravement malade, avait déjà fait les démarches afin de me passer la main rapidement pour son départ en retraite. J'ai pu reprendre son exploitation qui était déjà associée à celle de mes parents au travers d'une SCL (Société Coopérative Laitière)”.

Solidarité
Le jeune éleveur est impliqué dans le syndicat des Jeunes Agriculteurs, en tant que membre du bureau départemental en charge du dossier RGA (Renouvellement des Générations en Agriculture ). Il s’y occuppe de l’installation, de l’organisation des forums des métiers, et des forums cédants. “Cela me permet de voir autre chose que la ferme. J'y passe pas mal de temps, mais c'est aussi pour moi une forme de reconnaissance de la solidarité que le syndicat m'a apportée lors de mon installation, note Mikaël Poullain. Fin 2011, je faisais partie des trois projets mis sur la touche dans la Manche car l'enveloppe prévue pour l'aide à l'installation n'avait pas été suffisamment abondée. Je dois beaucoup aux JA qui m'ont permis de faire bouger l'administration pour que mon dossier passe quand même. Dans mes fonctions, j'espère que je pourrais faire pareil et aider d'autres jeunes qui auraient des difficultés”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
« Dès que j’ai le dos tourné, les corbeaux reviennent »
Du Perche au bocage, en passant par la plaine, les corbeaux ravagent les parcelles de maïs. Si la DDT accorde le droit de les…
Publicité