Aller au contenu principal

Lely Center de Villedieu-les-Poêles (50) change de propriétaire

Benoit Boutillier, est le nouveau Directeur de la société Robolactis, Lely Center de Villedieu-les-Poêles. En effet M. Ginisty, ancien gérant, a fait valoir ses droits à la retraite et a cédé son entreprise au groupe Blanchard.

© TG

Le Lely Center de Villedieu change de propriétaire. Cela va s’accompagner d’un changement de stratégie ?
Notre objectif est de travailler dans la continuité du travail réalisé depuis 20 ans par les collaborateurs Lely dans la Manche. En effet, le premier robot mis en service en Normandie a déjà plus de 20 ans.
Le parc machines du Lely Center Villedieu-les-Poêles compte actuellement 245 Astronaut, 3 Vector, 19 Juno, 20 Discovery et 4 Collector.
Notre stratégie restera identique : apporter des solutions innovantes aux éleveurs laitiers pour robotiser leurs élevages, leur permettre de travailler dans des conditions plus confortables, mais surtout de leur apporter une vraie valeur ajoutée en améliorant leurs performances zootechniques et leur rentabilité.
L’accompagnement de nos clients avec un service élevage dédié reste la clé de la réussite, nous accompagnons et formons nos clients Lely avant, pendant et après la mise en service.

Entrer dans le giron du groupe Blanchard, cela représente un plus ?
Tout d’abord, le Lely Center Villedieu est une jeune société familiale composée de 18 salariés qui travaillent jour et nuit au service des éleveurs. 8 techniciens de maintenance dédiés aux robots Lely se relaient 24h/24h et 365 jours par an pour dépanner nos 190 clients. C’est une véritable culture d’entreprise, un défi au quotidien. Nous nous devons d’intervenir dans un délai de 1h à 2h, les vaches n’attendent pas, quelle que soit la saison. Ces valeurs de service, de disponibilité et d’humanité sont partagées dans les différentes filiales du groupe. Les 99 années d’expérience du groupe BLANCHARD au service des agriculteurs nous permettront de progresser plus rapidement.


Quelle est votre part de marché et quelles sont vos ambitions à court et moyen termes ?
Les parts de marché du Lely Center Villedieu sont similaires aux parts de marché nationales, soit environ 60%. Nous sommes leader sur la Manche, à l’image de Lely en France et à l’international. Nos ambitions sont de rester leader malgré des concurrents plus nombreux, plus agressifs et plus structurés. La concurrence nous stimule. L’arrivée de nouveaux acteurs signifie que nous étions sur la bonne voix il y 25 ans, quand personne n’y croyait… Lely et son robot de traite Astronaut  marqueront à jamais l’histoire de la production laitière en Normandie.  En 2018, on dénombre environ 15% d'élevages robotisés. Le marché est en plein essor.

Avec la marque Lely, on pense prioritairement robot de traite, mais Lely, c’est aussi des aspirateurs de lisier, des repousses fourrage… Un marché en plein développement ?

La gamme de produits Lely s’est considérablement allongée en quelques années. La robotisation des élevages a démarré par  la traite et se poursuit désormais avec l’alimentation et la gestion des effluents. Le temps passé à alimenter les animaux est le second poste de travail pour les éleveurs laitiers après la traite. Nous sommes donc convaincus que le Lely Vector dispose d’un potentiel énorme de développement dans la Manche. De plus, il dispose d’un véritable avantage concurrentiel car ce n’est pas un automate de distribution, mais un véritable robot qui s’adapte en permanence au besoin de la vache. Concernant le Collector (aspirateur à lisier), nous sommes victimes de notre succès car le carnet de commandes est plein et les délais de livraison actuels sont à 2020.

Le prix du lait ne satisfait pas les producteurs, vous le sentez dans les courants d’affaires?
Notre chiffre d’affaires reste en progression ces dernières années. Tout d’abord car la robotisation de la traite progresse toujours d’année en année. En 2018, environ 2/3 des installations neuves de traite seront des robots. Le marché des installations de traite neuves sur la Normandie est globalement en diminution. Ensuite, car l’allongement de la gamme Lely nous permet de conquérir de nouveaux marchés : robotisation de l’alimentation  (Juno et Vector), gestion des effluents (Discovery S, SW et Collector).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité