Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les 70 ans du débarquement en Normandie
L’enfer est dans le pré

Blocage dans le bocage. Les Américains mettront plus d’un mois, avant d’ouvrir la route de la Bretagne le 31 juillet.

Fruits, bois de chauffage, enclos. Cachette, affût, bourbier, boucherie. En 1944, les haies des bocages du Bessin, du Cotentin et de la Vire, ont une fonction économique primordiale dans les campagnes. Elles sont extrêmement bien entretenues, maillent d’immenses parties du territoire, et constituent encore aujourd’hui “l'image de la grasse, de la riante Normandie”. Pourtant, c’est bien là, dans les chemins creux, à l’ombre des bosquets, au pied de l’aubépine et des noyers, que les soldats américains vivront l’enfer d’une guerre d’usure, où les hommes tombent par centaines, sous le crachat d’une mitraille invisible. Et sans cesse recommencer. Chaque talus, chaque buisson gagné, sont des victoires bien dérisoires face aux pertes subies, 1 000 morts du kilomètre entre la Haye-du-Puits et Lessay et 5 000 hommes pour la seule prise du mont Castre. Les troupes alliées y laissent leur moral. “Cette foutue guerre peut bien durer dix ans”, se lamente un général américain. Car au passage des haies et des chemins creux,  les chars alliés montrent leurs ventres vulnérables aux Panzerschreck. Car la suprématie aérienne alliée n’est d’aucune utilité dans ce labyrinthe végétal.  Car les Allemands retranchés connaissent bien le terrain pour y avoir déjà manœuvré. Car du 6 au 26 juin, jusqu’à la prise de Cherbourg, l’ennemi a eu tout le loisir de prendre position. Car les Allemands avaient un plan secret dans le bocage, la ligne Mahlmann ou “mur du Cotentin”. 

Tapis de bombes
Les généraux alliés sont pourtant bien forcés de mettre leurs hommes à découvert ; Eisenhower veut une guerre de mouvement. Et face au blocage des troupes anglo-canadiennes à Caen, c’est encore dans le bocage qu’il semble le plus facile de percer le front ennemi. Durant ce mois de juillet 1944, les alliés finissent par prendre de l’expérience. Les tanks sont équipés de “coupe-haies”, des becs tranchants bricolés avec les hérissons tchèques récupérés du mur de l’Atlantique. Au prix fort, les alliés arriveront à prendre la Haye-du-Puits, Sainteny et Saintt-Lô. Mais la bataille des haies ne trouvera d’issue qu’avec le lancement de l’opération Cobra. Les Américains éprouveront la technique du tapis de bombes et le 25 juillet, entre la Chapelle-Enjuger et Hébécrevon, 4 000 tonnes de projectiles seront larguées pour seulement 12 km2 de bocage. L’artillerie américaine s’engouffre ensuite rapidement dans la brèche. C’est un formidable appel d’air pour les hommes et le matériel, qui commençaient à s’accumuler à partir de la tête de pont américaine de Sainte-Mère-Eglise. Le 31 juillet, les portes de la Bretagne sont ouvertes, au sud d’Avranches.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité