Aller au contenu principal

L’interview de Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très remonté contre le plan de relance. En cause : une enveloppe de 20 Me consommée en quelques heures et une iniquité de traitement avec les Cuma.

Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie.
© DR

>> Que s’est-il passé en début de semaine dernière ?
Avant cela, il faut recontextualiser le plan de relance pour lequel les entreprises de travaux agricoles avaient été dans un premier temps écartées. Grâce au travail syndical mené par EDT et avec le soutien de certains députés, nous sommes devenus éligibles seulement 3 semaines avant l’ouverture du dispositif. Nous avons alors immédiatement informé nos 170 adhérents de leurs droits.

>> Tout est entré dans l’ordre alors malgré ce retard à l’allumage ?
Loin s’en faut. La procédure ouverte lundi 11 janvier et qui devait se poursuivre jusqu’au 31 décembre 2022 s’est trouvée saturée en moins de 24 heures. Nous ne disposons pas d’une armée d’administratifs pour se connecter dès 4 heures du matin et remplir les formulaires. A ma connaissance, seulement 2 ETA ont réussi à déposer une demande. L’enveloppe de 20 Me a été factuellement consommée en moins d’une journée. Un plan de relance de 24 heures, ce n’est pas sérieux. C’est de l’enfumage.

>> Quels types d’aides avaient ciblé les ETA ?
Celles liées à l’investissement dans du matériel visant à limiter les intrants et favorisant le développement des cultures protéines végétales. En faisant court, tout ce qui va dans le sens du respect de l’environnement comme une herse étrille par exemple. Pour ma part, j’envisageais d’investir dans une autochargeuse pour la récolte de l’herbe.

>> Vous dénoncez également une iniquité de traitement avec les Cuma ?
Je ne veux pas déterrer la hache de guerre, mais la réalité des chiffres est incontestable. Les plafonds d’investissement sont respectivement de 150 000 e pour les CUMA et 40 000 e pour les ETA avec des taux de financement de 50% et 40% soit un maximum d’aide perçue de 75 000 e pour les CUMA et 16 000 e pour les ETA. Soit 375% d’écart en notre défaveur !

>> Avec quelles conséquences potentielles ?
C’est clairement la pérennité de nos entreprises qui est en jeu et des 2725 ETP (Equivalent Temps Plein) qui vont avec sans parler de l’IS (Impôt sur les sociétés) que nous payons tous les ans et qui abonde le budget de l’Etat. C’est donc de l’emploi en milieu rural qui est menacé. Ce n’est pas sans conséquence non plus pour l’agriculteur qui pourrait voir disparaitre demain une offre de services différente. Un peu de liberté en moins dans ses choix de gestion...

>> Que demandez-vous concrètement aujourd’hui ?
Nous avons la semaine dernière, par courrier, alerté tous les députés et sénateurs de Normandie. Nous leur demandons de rectifier le tir sous deux angles : renflouer l’enveloppe pour inscrire le plan de relance dans le durée et rééquilibrer les règles de fonctionnement entre ETA et Cuma.

Contact : EDT Normandie,  Chambre régionale d’agriculture, 6 rue des Roquemonts - 14053 Caen, 06.82.65.50.31 - 02.31.47.22.85, freddy.preel@edtnormandie.com, www.edtnormandie.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité