Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Apiculture
Les abeilles ont le bourdon

Le nectar ? L’aliment indispensable aux abeilles mais il s’est fait rare cet été dans le département. A la clé, une baisse de production estimée à 50%.

Jean-Pierre Legrand a toujours un bon moral, malgré une production 2007 catastrophique.
Jean-Pierre Legrand a toujours un bon moral, malgré une production 2007 catastrophique.
© E.C.
Jean-Pierre Legrand et les abeilles, c’est une histoire qui remonte à 25 ans. « Producteur laitier, j’ai eu mes premières ruches un peu par hasard. Je suis monté jusqu'à 140 unités. Aujourd’hui, à la retraite, j’en ai encore 80 ». Autant dire que Jean-Pierre Legrand, installé à la Meurdraquière, non loin de Gavray, en connaît un sacré bout sur ces insectes ; qui plus, est il n’arrête pas de « bouquiner » sur le sujet. Sujet extrêmement technique et pointu que seule l’expérience permet de maîtriser. En 2007, pourtant, tous les efforts ont été vains. Le climat a été le plus fort avec des conséquences sur le rucher pour 2008. Baisse de 50% de miel Si l’hiver 2006/2007 s’est bien passé, le mois d’avril s’est avéré plus que prometteur avec une floraison exceptionnelle. Problème, mai-juin et juillet se sont révélés tout bonnement catastrophique pour les apiculteurs. « Manque de chaleur, soleil voilé, pluviométrie importante avec en final un déficit de la photosynthèse. Or, cette dernière est le chaînon indispensable pour qu’une plante secrète du nectar. Concrètement, les « éclaireuses » ont eu du mal à trouver de la nourriture, les abeilles sont restées à la ruche au lieu de ramener ce fameux nectar qui aboutit au miel. « Cette année, on a eu trop de facteurs contre nous, la baisse de production atteint 50% par rapport à 2006 qui était « normale ». Autre conséquence, le non remplacement des ouvrières dans la ruche. « Il faut savoir que les reines s’en vont au bout de deux ans pour fonder une autre colonie. Or, les jeunes reines, elles n’ont pas été fécondées par manque de mâles » Préparer la récolte 2008 Les apiculteurs ont donc le blues d’autant plus qu’il faut désormais préparer la récolte 2008. Ce qui implique de « remonter des ruches », comme l’explique Jean-Pierre Legrand. « On peut trouver des producteurs d’essaims, poser des ruches-pièges et récupérer des abeilles dans la nature ou encore faire de la division de ruchers ». Sur la question d’un éventuel changement climatique, J.P. Legrand ne se prononce pas « mais globalement, il ya moins d’abeilles en raison du mauvais temps, mais aussi des pesticides, due en grande partie aussi aux jardins particuliers ou aux collectivités ». Jean-Pierre Legrand va reprendre le collier. Ses 80 ruches réglementaires seront sur pieds pour le printemps. Il espère aussi que le printemps et l’été seront à l’image de ceux d’antan. « N’oublions pas que les abeilles sont les sentinelles de l’environnement. Des ruchers ont été placés dans plusieurs villes, ce sont les meilleures indicateurs de la pollution ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité