Aller au contenu principal

Apiculture
Les abeilles ont le bourdon

Le nectar ? L’aliment indispensable aux abeilles mais il s’est fait rare cet été dans le département. A la clé, une baisse de production estimée à 50%.

Jean-Pierre Legrand a toujours un bon moral, malgré une production 2007 catastrophique.
Jean-Pierre Legrand a toujours un bon moral, malgré une production 2007 catastrophique.
© E.C.
Jean-Pierre Legrand et les abeilles, c’est une histoire qui remonte à 25 ans. « Producteur laitier, j’ai eu mes premières ruches un peu par hasard. Je suis monté jusqu'à 140 unités. Aujourd’hui, à la retraite, j’en ai encore 80 ». Autant dire que Jean-Pierre Legrand, installé à la Meurdraquière, non loin de Gavray, en connaît un sacré bout sur ces insectes ; qui plus, est il n’arrête pas de « bouquiner » sur le sujet. Sujet extrêmement technique et pointu que seule l’expérience permet de maîtriser. En 2007, pourtant, tous les efforts ont été vains. Le climat a été le plus fort avec des conséquences sur le rucher pour 2008. Baisse de 50% de miel Si l’hiver 2006/2007 s’est bien passé, le mois d’avril s’est avéré plus que prometteur avec une floraison exceptionnelle. Problème, mai-juin et juillet se sont révélés tout bonnement catastrophique pour les apiculteurs. « Manque de chaleur, soleil voilé, pluviométrie importante avec en final un déficit de la photosynthèse. Or, cette dernière est le chaînon indispensable pour qu’une plante secrète du nectar. Concrètement, les « éclaireuses » ont eu du mal à trouver de la nourriture, les abeilles sont restées à la ruche au lieu de ramener ce fameux nectar qui aboutit au miel. « Cette année, on a eu trop de facteurs contre nous, la baisse de production atteint 50% par rapport à 2006 qui était « normale ». Autre conséquence, le non remplacement des ouvrières dans la ruche. « Il faut savoir que les reines s’en vont au bout de deux ans pour fonder une autre colonie. Or, les jeunes reines, elles n’ont pas été fécondées par manque de mâles » Préparer la récolte 2008 Les apiculteurs ont donc le blues d’autant plus qu’il faut désormais préparer la récolte 2008. Ce qui implique de « remonter des ruches », comme l’explique Jean-Pierre Legrand. « On peut trouver des producteurs d’essaims, poser des ruches-pièges et récupérer des abeilles dans la nature ou encore faire de la division de ruchers ». Sur la question d’un éventuel changement climatique, J.P. Legrand ne se prononce pas « mais globalement, il ya moins d’abeilles en raison du mauvais temps, mais aussi des pesticides, due en grande partie aussi aux jardins particuliers ou aux collectivités ». Jean-Pierre Legrand va reprendre le collier. Ses 80 ruches réglementaires seront sur pieds pour le printemps. Il espère aussi que le printemps et l’été seront à l’image de ceux d’antan. « N’oublions pas que les abeilles sont les sentinelles de l’environnement. Des ruchers ont été placés dans plusieurs villes, ce sont les meilleures indicateurs de la pollution ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
[CÔTÉ JEUNES] TIEA 2024 : Le lycée agricole de Sées repart avec la médaille d'or
Cinq établissements normands ont fait le déplacement à Paris, pour participer au Trophée international de l’enseignement agricole…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Publicité