Aller au contenu principal

SyNDICALISME
Les accords interprofessionnels porcins non respectés: ça suffit !

A l’initiative de la FRSEA Basse-Normandie, une quarantaine d’éleveurs porcins a contrôlé les camions frigorifiques au péage de Dozulé (14), sur l’A13. But : vérifier les mentions d’origine des viandes pour faire pression sur les salaisons.

Le 15 décembre dernier, des accords sur le porc étaient signés par les acteurs de la filière. Ils prévoyaient que la mention de l’origine de la viande soit à disposition des consommateurs. But : informer de la possibilité d’acheter Français. Afin de vérifier leur application, la semaine dernière, une quarantaine d’éleveurs s’est mobilisée au péage de Dozulé. Armés de tee-shirts et casquettes “Police des viandes”, les manifestants ont procédé à la vérification de la mention d’origine des viandes sur les emballages. “Des actions du même type entreprises en Sarthe et en Mayenne nous ont alertés sur le non-respect des accords”, explique Thierry Lefranc, président de section départementale de la Manche. Et d’ajouter : “la salaison ne joue pas le jeu. Nous voulons que le territoire soit uniquement servi en viande française. Nous voulons bien faire des efforts sur la traçabilité, mais nous devons être récompensés !”.


Trois camions interceptésParmi les nombreux camions contrôlés, la majorité contenait de la viande porcine identifiée “origine France” ou “viande porcine Française”. “C’est rassurant”, estime le président de section Manchoise. Néanmoins, trois camions ne respectaient pas les accords en transportant de la viande non-identifiée. Ceux-ci appartenaient aux groupes Jean Caby, Herta et Cooperl. Les agriculteurs ont alors saisi une partie de la marchandise (environ 1 tonne) pour la reverser à la Banque Alimentaire du Calvados. “Avec ce filtrage et ces contrôles, nous voulons mettre la pression sur les salaisonniers. Ceux qui ne respectent pas leurs engagements s’exposent à ce type d’action syndicale. On poursuivra nos efforts tant que nos conditions ne seront pas respectées”, déclare Yvan Fourré, responsable FRSEA porc en Basse-Normandie. 

15 000 éleveurs aujourd’hui, 15000 éleveurs demain“Nous sommes dans la 4ème année de crise où notre prix de vente est beaucoup trop faible par rapport au prix de revient. Cela ne peut plus durer. Jour après jour, on perd des places, on s’affaiblit. Notre souhait : 15 000 éleveurs porcins aujourd’hui, 15000 éleveurs demain”, espère Yvan Fourré. “Pour atteindre ces objectifs, le patriotisme alimentaire sur la filière est indispensable. Les membres de la filière, qui continuent à transformer des viandes étrangères, jouent contre leur propre camp”, enchérit-il.



Guider le consommateur vers la qualité Française“Les consommateurs doivent acheter en toute connaissance de cause. La mention d’origine sur l’emballage permet d’améliorer la visibilité de l’offre, notamment Française”, indique Yvan Fourré. “Les normes sanitaires et environnementales du territoire sont plus exigeantes. Le consommateur doit pouvoir choisir sa viande en fonction de sa provenance”. La possibilité de réitérer ces interventions aux péages est loin d’être exclue. “Nous nous battrons jusqu’au bout pour que les accords soient respectés et la filière préservée”, avertit la FRSEA.

Patriotisme alimentaire


Afin de protéger la filière porcine Française, les éleveurs souhaitent voir circuler uniquement de la viande identifiée Française sur le territoire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Publicité