Aller au contenu principal
Font Size

Pascal Perrineau, Directeur du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po)
Les agriculteurs doivent se réengager sur la scène municipale

Lors de la réunion du conseil Fédéral de la FNSEA à Paris le 20 septembre, Pascal Perrineau est intervenu sur le vote des agriculteurs aux municipales. Un vote traditionnellement plus orienté à droite. Reste aussi un défi pour le monde agricole : s’engager de nouveau dans les conseils municipaux, instances où ils sont de moins en moins nombreux.

En 1977, 40 % des maires étaient des agriculteurs, salariés ou exploitants. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’entre 16 et 18 %.
En 1977, 40 % des maires étaient des agriculteurs, salariés ou exploitants. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’entre 16 et 18 %.
© S. Leitenberger

Pourquoi les agriculteurs sont-il sous représentés dans les conseils municipaux ?
En 1977, 40 % des maires étaient des agriculteurs, salariés ou exploitants agricoles. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’entre 16 et 18 %. Pourquoi une telle érosion ? D’une part, la part des agriculteurs dans la population active diminue. D’autre part, le métier de maire devient de plus en plus compliqué. Les charges et les responsabilités du maire sont de plus en plus fortes. De plus, l’intercommunalité se développe et les maires urbains prennent l’avantage par rapport aux maires ruraux. Le métier de maire demande du temps et les agriculteurs n’en ont pas toujours. Ce sont des entrepreneurs qui travaillent dur et longtemps. Il est d’ailleurs intéressant de voir que la catégorie qui monte le plus chez les maires est celle des retraités parce qu’ils ont du temps.

Quels sont les moyens pour que les agriculteurs soient de nouveau visibles dans les mairies ?
Il faut que les agriculteurs se rendent compte que ce qu’ils représentent sociologiquement, économiquement et culturellement a besoin d’être défendu politiquement. Il faut un certain volontarisme. Les agriculteurs doivent se réengager sur la scène municipale. Sinon, ils seront peu à peu marginalisés alors que ce milieu professionnel reste décisif pour la France. C’est d’autant plus important que les agriculteurs renvoient une bonne image par rapport à d’autres milieux professionnels. Ils représentent le passé et l’avenir : la France a été jusqu’à une date relativement récente un grand pays agricole, les Français ont des liens familiaux avec le milieu agricole. Concernant l’avenir, l’agriculture française n’a pas à rougir d’elle-même : c’est une puissance exportatrice phénoménale, c’est un des éléments décisifs de la richesse française. On parle du déclin industriel mais jamais du déclin de la puissance agricole. Les agriculteurs ont des atouts mais encore faut-il savoir en jouer. Cela demande une vraie détermination de leur part et que les institutions qui les représentent fassent passer ce message : engagez-vous !

On entend dire que les agriculteurs votent plus souvent à l’extrême. Est-ce une idée reçue ?
C’est plus compliqué que cela. Toutes les enquêtes montrent que le Front National est à la hausse alors que jusqu’à maintenant il était marginalisé, plus particulièrement dans les municipales. En 2014, le Front National aura beaucoup plus de listes qu’en 2008 donc mécaniquement son score montera et il bénéficiera  de cette gauche impopulaire et de cette droite divisée. On annonce un score élevé de 15 à 16 %. Les agriculteurs sont comme les autres catégories de Français : dans certains endroits de la France, il peut y avoir des phénomènes de radicalisation à droite vers le Front National mais cela n’est pas plus important chez les agriculteurs qu’ailleurs. Néanmoins, le monde agricole est beaucoup plus à droite que beaucoup d’autres catégories sociales. C’est historique. Le tropisme de l’agriculteur est en faveur de la droite mais essentiellement de la droite classique comme les forces centristes, le centre droit, l’UMP. Mais il est vrai que, comme d’autres catégories professionnelles, on assistera à une poussée du Front National car on sait que la crise des subprimes, le malaise vis-à-vis des institutions européennes sont des facteurs qui donnent au Front national un espace politique qu’il n’avait pas jusqu’alors.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
MLC AG
La revanche de la coop sur le grand export
Mardi 8 septembre, les Maîtres Laitiers du Cotentin étaient réunis en assemblée générale. La coopérative annonce la négociation…
Publicité