Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Jean Bizet, président de la commission agriculture au Conseil Général
“Les agriculteurs ont choisi la cohérence”

Jean Bizet, président de la commission agriculture au conseil général, répond à nos questions suite aux élections à la Chambre d'Agriculture.

Jean Bizet, ici en discussion avec un représentant asiatique lors des dernières négociations de l’OMC,  “la Région doit participer au financement  du plan de modernisation des bâtiments d’élevage”.
Jean Bizet, ici en discussion avec un représentant asiatique lors des dernières négociations de l’OMC, “la Région doit participer au financement du plan de modernisation des bâtiments d’élevage”.
© Senat
- Votre analyse sur le succès de la liste FDSEA/JA aux élections ? “J’en suis très heureux car je n’ai jamais caché mon choix de modèle agricole : celui de la cohérence, développé par le syndicalisme majoritaire et la Chambre d’Agriculture. 63%, c’est le résultat d’une campagne unitaire qui a permis de faire le point sur la Pac 2003/2013, et ce avec clarté. Pas de doute, le monde agricole manchois a largement choisi la modernité. Par rapport à la l’élection précédente, cette campagne s’est uniquement axée sur la prospective en mettant les hommes et femmes au coeur du projet agricole départemental, tout en respectant les autres familles agricoles. Pour moi, les querelles de personnes ont été totalement absentes”. - Justement, que pensez-vous de la chute de la Confédération Paysanne ? “Je l’ai toujours dit, à la CP, il y a des hommes et des femmes respectables; ce sont des gens convaincus et je respecte leurs convictions; mais je ne partage en aucun cas leur vision économique. D’ailleurs, en votant à 63% pour la FDSEA et les JA, les agriculteurs ont rejeté leur choix économique. Mais, ce qui leur a fait le plus mal, à mon avis, c’est le positionnement “extrême gauche” de leur ancien leader national, José Bové, sur l’échiquier politique. Or, ce que demande le monde agricole, c’est avant tout un positionnement économique viable”.- Le grand défi pour un département laitier comme la Manche ? “Les producteurs l’ont largement prouvé, ce sont des chefs d’entreprise avant tout. Ils sont soucieux de la valorisation de leur produits à travers les entreprises coopératives ou privées. Le grand défi sera donc de discuter courtoisemment mais très fermement avec la grande distribution qui a tendance à vouloir rogner sur les marges au détriment du producteur”.- Suite aux résultats des élections “chambre”, le conseil régional doit-il changer de politique agricole ? “En tous cas, je leur conseille de la changer et rapidement. On sait parfaitement qu’elle est inspirée directement par le Parti Socialiste qui épaule la Confédération Paysanne. Le vote manchois est sans appel. Je ne saurais trop conseiller à Philippe Duron de répondre d’ores et déjà à un souhait qui m’est cher : la participation de la Région dans le financement du Plan de Modernisation des Bâtiments d’Élevage. La Manche a largement contribué à cette politique en engageant 2 117 000 euros sur 2005/2006 puis 700 000 euros supplémentaires sur 2007. Le Conseil Régional, lui, n’a toujours pas précisé, ni les critères d’égibilité ni le montant des finances qu’il accordera...”
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité