Aller au contenu principal

Bienvenue à la ferme
Les agriculteurs rencontrent leur public

Le printemps de bienvenue à la ferme s’est déroulé le week-end dernier. 101 fermes normandes ont ouvert leurs portes au public.

Au printemps de Bienvenue à la ferme, il y en a pour tous les goûts. Veaux, vaches, cochons, poules, moutons ou chevaux ont néanmoins plus de succès auprès des plus jeunes. Et si l’accueil du public se professionnalise, certains affirment leur métier d’agriculteur. C’est le cas d’Eric Maertens, installé à Douville-en-Auge (14). A l’entrée de son exploitation un panneau indique : “la ferme est notre lieu de travail. Nous vous accueillons pour vous faire découvrir notre métier d’agriculteur et l’origine des produits que l’on mange”. Cependant, l’accueil du public ne s’improvise pas. Avec la ferme comme scène et les animaux comme comédiens, l’éleveur laitier fait son show à sa manière. D’ailleurs, on ne parle pas d’Eric Maertens l’agriculteur, mais d’Eric le fermier. Pour les photographies, l’homme a le sens de la pose. En témoigne sa présence régulière dans les médias. Et l’agriculteur se défend d’être une ferme d’animation. “L’âne est notre mascotte car c’est le seul animal qui reste sur la ferme. Nous sommes bien là pour produire. La notion d’abattoir est donc évoquée”. En orateur, l’agriculteur choisit ses mots. Il évitera le terme farine : “je n’utilise pas ce mot, même si je broie des céréales pour nourrir. Il reste trop négatif pour le public”. Pour Eric Maertens, l’accueil du public reste un plaisir source de revenu. “C’est le plus rentable à l’heure travaillée. Je crois que les vrais agriculteurs doivent prendre ce marché”. Le printemps de Bienvenue à la ferme se joue aussi en coulisse.
V.M.

Un concours « orienté » !

 

 Tous les chemins ne mènent pas aux adhérents de Bienvenue à la ferme ! Les responsables du réseau ont donc lancé un concours. Le but : valoriser la signalisation et le logo. A ce petit jeu, la ferme d’Orgères (61) a remporté le trophée de la fleur en or. “Nous sommes allés dans des fermes du réseau en Bretagne. On a remarqué que les fléchages n’étaient pas toujours très visibles. Nous avons donc soigné nos panneaux. Et les clients ne nous disent jamais qu’ils ont eu des difficultés pour nous trouver”, témoignent Rémi et Bernadette Fouquet. A noter : l’installation de panneaux nécessite une autorisation de la DDE. “Et dans nos champs, nous avons le droit à deux affichages de 1 m sur 1,5 m”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité