Aller au contenu principal

Les agriculteurs revendiquent leur fierté à la Fête des moissons

Lancée sur une exploitation de l'Eure le 28 juin 2019, en présence de Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, la 4e édition de la Fête des moissons et des récoltes entend mettre à mal les préjugés qui pèsent sur l'agriculture. Et profiter de l'attachement que portent les Français à leurs agriculteurs pour renouer des liens forts avec les consommateurs, et notamment avec ceux qui vivent à proximité des fermes, sans pourtant en connaître les activités ni le quotidien.

La Fête des moissons et des récoltes, dont le lancement national s'est tenu le 28 juin en Normandie, est l'occasion pour les agriculteurs de « montrer que l'on est responsables de nos actes, de montrer notre capacité à comprendre et à anticiper les attentes sociétales », a tenu à rappeler Guillaume Lefort, président d'#Agridemain, l'association à l'origine de cette  manifestation dont la 4e édition se déroule partout en France jusqu'au 28 septembre 2019. Et si l'agribashing est à la mode depuis quelques années, il ne faut pas oublier, ajoute-t-il, que plus de 80 % des Français font confiance aux agriculteurs. « Ne nous laissons pas enfermer dans une position de victime », a continué l'agriculteur venu de Seine-et-Marne avec sa famille pour ouvrir l'évènement. Un point de vue largement partagé par Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, elle aussi présente à cet événement au milieu d'autres invités de marque, tel que Hervé Morin, président de Régions de France, ou Stéphane Layani, président du marché international de Rungis. « Ceux qui ne savent pas parlent beaucoup et nous, qui savons, ne parlons pas assez », a regretté Christiane Lambert, saluant l'importance de cette initiative pour montrer, à l'encontre des idées reçues, à quel point l'agriculture est en transition. « Les agriculteurs ont pris à bras le corps la transition écologique, mais ce n'est pas assez connu. Et le meilleur carburant pour avancer plus vite, c'est la reconnaissance de nos concitoyens », a insisté la présidente de la FNSEA.

Une agriculture qui innove

La Ferme du Moulin, à Bourneville, dans l'Eure, constitue ainsi un bel exemple de cette agriculture qui innove pour répondre aux attentes sociétales. A l'occasion du lancement national de la Fête des moissons, qui se tenait sur leur exploitation, les sept associés ont pu expliquer au public venu en nombre (principalement des voisins et habitants de leur commune) la façon dont ils travaillent, l'organisation de la ferme, la gestion de leurs animaux et, plus globalement, leur modèle d'entreprise agricole développé sur la diversification, car il ne faut pas oublier que les agriculteurs sont des « entrepreneurs », en phase avec les attentes des consommateurs qui achètent leurs produits, a également rappelé Christiane Lambert. Pour Nicolas, l'un des associés, ce type d'évènements est « important pour rassurer les gens ». « Nous avons un rôle à jouer dans la transition environnementale, écologique, on est des apporteurs de solutions », tient-il à préciser. Sur l'exploitation, un méthaniseur en construction témoigne d'ailleurs de cet engagement. Un projet qui leur a permis d'installer les deux derniers associés, Alexis et Maxime, deux frères jumeaux de 23 ans. Les associés développent également la partie transformation avec Pierre-Yves, installé en 2017, qui s'occupe de la fromagerie où sont fabriqués et vendus beurre, crème, yaourts et fromages issus du lait de vaches de race Prim'Holstein que Gilles, sur l'exploitation depuis 1981, présente aux visiteurs très intéressés par le quotidien des animaux. Alimentation des veaux, temps passé dehors, fonctionnement du robot de traite, volume de lait par vache, l'agriculteur répond avec plaisir et transparence aux questions des visiteurs.
A la fin de la visite, un quizz ludique sur les différentes cultures de l'exploitation est proposé par Nicolas, avant un buffet autour des produits de la ferme et de la région. Jusqu'en septembre, plusieurs centaines d'agriculteurs ouvriront ainsi leurs portes à leurs voisins pour leur faire découvrir leur exploitation et leur métier autour d'un verre de l'amitié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité