Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les agricultrices marchent pour la bonne cause

A l'appel de la section des agricultrices de la FDSEA du Calvados, une centaine de personnes a marché dimanche matin le long d'Omaha Beach, au profit de la lutte

© DB

llll Arborant un tee-shirt fuchsia à l'effigie d'Octobre rose, l'opération de sensibilisation au cancer du sein, ils étaient une centaine, dimanche 27 octobre à se regrouper devant la salle de Vierville-sur-Mer. Le temps d'une photographie pour la presse locale et les voilà partis le long du chemin des douaniers.

Tous concernés
Nathalie Lepelletier, éleveuse à Asnières-en-Bessin et initiatrice de l'événement, leur a recommandé la prudence le long de la route. Agricultrices, femmes d'agriculteurs, voisins, partenaires du projet : ils ont été sensibles à l'appel de la FDSEA et de JA. Marcher en faveur de la lutte contre le cancer du sein, « une cause qui nous concerne tous ». Un argument entendu tout au long de la marche. « Je préfère donner pour une activité à laquelle je participe », affirme cette jeune femme de Bayeux, venue marcher avec ses deux chiens. « La randonnée, c'est cohérent parce que le sport aide à lutter contre le cancer ». A Colleville-sur-Mer, on s'arrête au centre sportif Eolia qui offre le ravito. Le directeur, Laurent Guérin, s'active pour que chacun ait une barre de céréales, des figues ou un carré de chocolat à manger. « Le centre Eolia propose des sports de nature, explique-t-il, juché sur une chaise, nous sommes très investis dans le sport et la santé et nous proposons des activités pour les malades et les personnes très âgées ».

A refaire
L'équipée prend le chemin du retour sur la plage. Patrice Lepainteur, ancien président de la FDSEA, présent aux côtés de Philippe Marie, président de la commission lait, se réjouit de l'initiative de Nathalie Lepelletier, « c'est inhabituel pour une organisation professionnelle, d'habitude nous participons. Aujourd'hui, c'est nous qui organisons, c'est très bien ». Le chèque sera remis prochainement à la Ligue contre le cancer. Selon Hélène Pien, animatrice de la FDSEA et organisatrice active, l'opération devrait être renouvelée l'an prochain.

Paris-Match chez les agricultrices
L'autre sujet de conversation de la randonnée était la visite d'un journaliste de Paris-Match dans le Bessin la veille. Le magazine a réagi à l'annonce de l'événement pour s'intéresser aux agricultrices du secteur. Il est venu chez Nathalie Lepelletier où il a également rencontré Chantal Buon, « je n'y ai pas cru au départ, s'exclame joyeusement l'agricultrice de Vaux-sur-Seulles. Et je n'étais pas très partante ». Elle se dit contente d'avoir participé à l'entretien, « il nous a laissées parler ». Les éleveuses ont pu vider leur sac, « on était remontées » : difficultés administratives avec la Pac, ZNT, Cagny, pesticides, agribashing. Malicieusement, elles ont apporté des produits normands pour la photographie. « On attend de voir ce qu'il va garder de tout ça ». Réponse dans les kiosques jeudi 31 octobre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité