Aller au contenu principal

Les AIM en redressement judiciaire, sur la piste d'un repreneur

Le tribunal de commerce de Coutances (Manche) a rendu sa décision mardi. Les AIM sont désormais en redressement judiciaire pour six mois, avec une réunion intermédiaire le 24 février.

Près de 600 personnes travaillent encore sur les différents sites des Abattoirs Industriels de la Manche.
Près de 600 personnes travaillent encore sur les différents sites des Abattoirs Industriels de la Manche.
© ec

Dès 9h 30, mardi matin, les cars chargés de salariés des différents sites AIM (Abattoirs Industriels de la Manche) partaient en cortège pour rejoindre le tribunal de commerce de Coutances. Sur place la tension était palpable. Beaucoup d’élus de la Manche et d’Ille-et-Vilaine étaient présents au milieu d’une foule d’environ 500 personnes, dont le président du conseil régional Laurent Beauvais. L’audience, elle, était à huis clos. En début d’après-midi, le groupe AIM a été mis en redressement judiciaire pour six mois avec une réunion intermédiaire le 24 février. Des négociations sont d’ores et déjà engagées avec d’éventuels repreneurs. Pascal Férey, président de la FRSEA, souligne, “tout doit être mis en œuvre pour la pérennité de ce groupe. Le devenir de nos filières d’amont est en jeu. Désormais, avoir un repreneur est prioritaire pour ne pas laisser s’installer le doute”. De son côté Jean-François Le Grand, président du conseil général de la Manche, indique, “je suis raisonnablement optimiste sur l’avenir des AIM. Je tiens à saluer le sens des responsabilités des salariés qui continuent à travailler afin que l’outil ne s’écroule pas”.

Difficultés récurrentes


Rappel des faits, le 23 décembre dernier l’annonce des difficultés financières de l’abattoir, spécialisé notamment dans le porc et les bovins, a fait l’effet d’une bombe dans le paysage agroalimentaire français. Les salaires des employés d’AIM (près de 600 personnes réparties entre Ste-Cécile, Dangy, Vire, Antrain, Bernay, Nogent-le-Rotrou), dont les actionnaires majoritaires sont les coopérateurs de CAP 50 et JDIS (aliment du bétail), n’ont été versés qu’en partie sur décembre. Depuis quelques années, le groupe AIM a des problèmes de trésorerie récurrents. En 2013, la Région et le conseil général ont mis la main au portefeuille sous forme d’avance remboursable. À cette époque, même Bernard Cazeneuve, alors ministre du Budget, intervient pour accélérer la mise en place d’une SEM (Société d’Économie Mixte). Structure qui rachète dans la foulée les actifs immobiliers du groupe. Globalement, la plus grosse difficulté vient d’un manque de valorisation des carcasses mais aussi d’une concurrence impitoyable des autres pays européens sans oublier la pression de la grande distribution.  Problèmes de gestion interne ? Des salariés affirment que cette gestion “n’était plus aussi rigoureuse qu’à l’époque des frères Pien, fondateurs du groupe”. Reste que l’ancien directeur des AIM, décédé en avril 2012, Jean-Pierre Vincent, tirait déjà la sonnette d’alarme en affirmant voici quatre ans, “nous avons absolument besoin d’une meilleure valorisation. Faire de la découpe en porc ne rapporte pas assez”. Les signaux d’alerte ont donc été bien perçus, mais l’embargo russe et la lutte impitoyable à laquelle se livrent les différents opérateurs ont mis à terre un fleuron de l’agroalimentaire normand.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité