Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Entreprise
Les anas de lin vous offrent le gîte et le couvert

Sous produit du lin, l’ana présente de multiples vertus. Il peut servir de litière, de matériau pour l’isolation de la maison voire même entrer dans la composition de la ration sèche.

L’ana de lin grâce à son pouvoir absorbant constitue une excellente litière. Utilisé en ration bovin, il favorise  la rumination.
L’ana de lin grâce à son pouvoir absorbant constitue une excellente litière. Utilisé en ration bovin, il favorise la rumination.
© TG
Luc Lefranc est à la tête de la Sarl qui porte son nom (1). Un de ses métiers : le négoce d’anas de lin qu’il utilise par ailleurs en litière pour ses poulets et comme fibre en ration sèche pour ses taurillons. L’entreprise a démarré son activité en 1976 en commercialisant des copeaux de bois. Aujourd’hui, elle écoule environ 1 500 T d’anas de lin par an qu’elle se procure auprès de la coopérative linière de Villons-les-Buissons (14). Un marché qu’elle espère développer par de nouvelles utilisations. En litière pour le poulet et le cheval C’est en tant qu’agriculteur et éleveur de poulets que Luc Lefranc a démarré avec l’ana de lin. "Une couche de 5 cm en une seule fois suffit," précise-t-il. Outre son grand pouvoir absorbant, l’ana présente d’autres atouts par rapport à la paille. Sa qualité est constante et il ne nécessite aucun broyage préalable. Il convient également aux dindes en mélange avec des copeaux de bois. Si en litière, la volaille représente 95 % du marché, un nouveau créneau s’ouvre avec le cheval. "Sanitairement, c’est préférable à une litière paille, argumente Luc Lefranc. Par ailleurs, le fumier est plus facile à tirer et les volumes sont moindres". Un atout supplémentaire notamment en cas de compostage. Pour taurillon en ration sèche Mais la grande nouveauté à La Lucerne d’Outremer, c’est l’utilisation en ration sèche pour taurillons. Une expérimentation menée depuis 7 mois, en collaboration avec Copelveau et Guyomarch, semble prometteuse. Là aussi, l’ana de lin remplace la paille (ou le foin). "Grâce à son grand pouvoir de rumination, il en faut moins. 1,2 kg d’anas dans la ration suffit contre 2 kg de paille. Ce qui permet à l’animal de consommer plus de concentré et d’afficher ainsi des gains de croissance plus importants", estime notre éleveur. Sur un plan pratique, l’ana de lin se révèle également plus facile et plus rapide à mélanger. "Un gain de temps quotidien appréciable et une moindre usure de la mélangeuse à terme", stipule Luc Lefranc. Reste l’intérêt économique. Tout dépend des frais d’approche. Mais d’autres paramètres peuvent également peser. En volaille par exemple, pas besoin de bâtiment de stockage. L’ana est livré, poulailler vide, juste avant l’entrée de la bande. On savait le lin écologique, il pourrait aussi s’avérer "pratico-économique". Th. Guillemot (1) : Sarl Lefranc Père & Fils 50320 La Lucerne d’Outremer Tél. 02 33 61 46 07 Tél. 02 33 61 52 06 Tél. 06 86 84 17 04 Fax. 02 33 61 45 05Pouvoir isolant A toutes ses qualités intrinsèques, il faut aussi reconnaître au lin son pouvoir isolant. Mélangé avec de la chaux, il remplace la laine de verre et peut être utilisé comme enduit. Un autre micro-marché à développer.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité