Aller au contenu principal

­­­Les Arpents du Soleil : vin du Calvados respectueux de l’environnement

Si la certification HVE récompense les pratiques respectueuses de l’environnement, elle est encore peu connue dans le milieu agricole. Premier à l’obtenir en Normandie, Gérard Samson exploite un vignoble à Saint-Pierre-sur-Dives. Il espère ouvrir une porte que d’autres emprunteront.

© SL

lll « Je ne voulais pas m’enfermer dans le carcan du bio, je tiens à ma liberté ! Mais je veux apporter une réponse aux consommateurs lorsqu’on me demande si mon vin est bio ». Gérard Samson, le viticulteur de Saint-Pierre-sur-Dive a donc opté pour une certification HVE. Son domaine viticole, « Les arpents du Soleil » est ainsi la première exploitation de Normandie à l’obtenir. Une petite fierté, mais avant tout, une expérience que d’autres imiteront, espère Gérard.
« Je ne pensais pas que je serais la première de Normandie, mais j’encourage tous les agriculteurs, surtout les maraîchers par exemple, dans cette démarche. C’est moins contraignant que la logique du bio, mais c’est une agriculture saine, qui montre que nous respectons la nature. C’est un bon atout commercial, et une réponse à tous nos détracteurs », assure ainsi le vigneron à la tête de 6,7 hectares. L’ancien notaire tient à sa liberté. Et selon lui, le bio le prive de quelques-unes. « Par exemple, seul le sulfate de cuivre est autorisé et son innocuité pour l’environnement est remise en cause. La distinction HVE est vraiment ma philosophie de travail et à mes pratiques. »

Quatre critères
Cette reconnaissance officielle de la performance environnementale des viticulteurs et des agriculteurs est une démarche volontaire qui vise à valoriser les pratiques respectueuses de l’environnement. Quatre critères sont évalués. D’abord, la préservation de la biodiversité « facile à obtenir » pour Gérard puisque son vignoble est entouré d’une haie de 320 mètres d’une part, d’un bois attenant à sa parcelle, d’autres parts, et d’un enherbement entre chaque rang. Il y a aussi, la stratégie phytosanitaire. « Il faut calculer l’IFT (indice de fréquentation de traitement). Et là encore, je n’ai pas essuyé de problème particulier, je suis à 4 sur une référence de 13. »
Troisième point, la gestion de la fertilisation. Gérard n’utilise pas beaucoup d’azote dans ses vignes et des produits NODU-vert. Il n’y a donc pas eu de souci n’ont plus avec ce point, ni avec le dernier : la gestion de la ressource en eau. Les Arpents du soleil ne sont, en effet, pas concernés puisqu’il n’y a pas de système d’irrigation dans les vignobles (et très peu en général). « Ça tuerait la notion de terroir, très importante dans le vin puisque deux parcelles placées à quelques mètres d’intervalle peuvent donner des cépages totalement différents », explique Gérard Samson. Après une préparation de deux jours avec les vignerons indépendants et un audit, « Les Arpents du soleil » ont donc reçu leur agrément pour une période de trois ans. « C’est une qualification qui se veut pratique et réaliste, elle est vraiment adaptée aux milieux agricoles, surtout pour les petites productions personnalisées », explique Gérard Samson
Rappelons qu’à l’heure actuelle, ni l’agriculture raisonnée, ni les AOC, ni les différents labels de qualité n’ont de critères en matière d’environnement. Gérard, lui, peut désormais mettre le logo sur l’étiquette de ses bouteilles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité