Aller au contenu principal

Les bottes et les cottes au pied de la préfecture

Le 2 juillet 2019, à la suite du mot d’ordre national, les Jeunes agriculteurs de la Manche se sont donné rendez-vous devant les grilles de la préfecture de la Manche pour manifester leur mécontentement face à l’accord entre l’Union européenne et les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay) mettant à mal l’agriculture française.

Le 28 juin, la Commission européenne a conclu un accord commercial avec le Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay). C’est ce qui a poussé les Jeunes agriculteurs de la Manche à manifester le 2 juillet dernier. Une soixantaine d’adhérents avaient amené leurs bottes et leurs cottes de travail afin de les déposer devant la grille de la préfecture. « C’est un geste symbolique », explique François Rihouet, président des JA de la Manche. « Un geste qui démontre que nous ne pourrons plus travailler avec cet accord commercial trouvé avec les pays du Mercosur », déplore-t-il.

Comment croire en l’avenir

Dans cet accord, c’est la viande de bœuf qui cristallise l’angoisse des agriculteurs. Pas moins de 99 000 tonnes de viande pourraient être importées. « Comment voulez-vous qu’un jeune installé en viande bovine puisse encore croire en l’avenir avec une telle annonce », s’insurge le président des JA.

Ne rien dire, c’est accepter

« C’est d’autant plus révoltant que nous avons travaillé avec ce gouvernement dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation, que nous n’avons rien entendu de la part des différents candidats aux élections européennes. C’est un véritable pied de nez à notre travail », poursuit-il, la gorge serrée. « Oui, ça prend aux tripes de voir ça. On a cru qu’on était entendu et qu’on pouvait avoir des perspectives parce qu’on croit en notre métier », avoue-t-il. Tout simplement, pour les JA, « ne rien dire, c’est accepter. Et nous n’acceptons pas que l’agriculture serve de monnaie d’échange et soit ainsi sacrifiée », martèle François Rihouet.


Des échanges équilibrés

Les JA avaient également amené du papier qu’ils ont déposé de l’autre côté des grilles. Là aussi, cela se voulait symbolique. « Ce n’est pas pour se réchauffer mais bien pour montrer qu’on croule sous la paperasse. On nous impose toute une réglementation alors que nous allons être en concurrence avec une agriculture qui n’est pas du tout la notre. Nous ne sommes pas contre les échanges internationaux, mais nous voulons qu’ils soient équilibrés. Le gouvernement ne peut pas brader l’agriculture au profit de l’automobile, la chimie... », explique le responsable syndical.

Continuer l’action

Une rencontre avec les parlementaires et la FDSEA de la Manche a été programmée lundi 8 juillet afin de bien exprimer les inquiétudes de la profession, d’évoquer aussi le CETA, accord en perspective avec le Canada. « Le gouvernement parle de garanties. Mais quelles sont-elles ? Ce qui est sûr, c’est qu’on n’en restera pas là », telle est la promesse de François Rihouet à ses adhérents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité