Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les boucles TST sont bien acheminées au laboratoire

Face à certaines boites aux lettres scotchées de La Poste, les éleveurs craignent que les prélèvements de cartilage ne soient pas envoyés au laboratoire. Étienne Gavart, directeur du GDS 14, répond.

"Nous vous recommandons de continuer à poser les boucles BVD dès la naissance", appuie Etienne Gavart, directeur du GDS 14
© JP

" De nombreux éleveurs nous alertent sur des boites aux lettres scotchées, des bureaux de postes fermés, des facteurs ne passant plus. Ces mêmes éleveurs se demandent si leurs prélèvements de cartilages parviennent bien au laboratoire.

Même si un bureau de poste est fermé au public, dès lors que la boite aux lettres n’est pas condamnée, le courrier est collecté, trié et acheminé. Le grave épisode sanitaire dû au virus Covid-19, a eu comme conséquence, entre autres, de contraindre La Poste à revoir son organisation. Le ramassage et la distribution du courrier sont maintenus, même si c’est avec une fréquence de passage diminuée.

Vous pouvez donc déposer vos enveloppes « boucles BVD » dans les boîtes aux lettres de La Poste. Elles seront bien acheminées au laboratoire LABEO 50, dans des délais compatibles avec l’analyse.

Nous vous recommandons de continuer à poser les boucles BVD dès la naissance. Si vous avez plusieurs vêlages dans la semaine mais que vous voulez éviter d’aller à La Poste à chaque fois , il suffit de conserver les prélèvements au réfrigérateur (jusqu’à 8 jours) et de les déposer ensuite dans la boite aux lettres de La Poste. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité