Aller au contenu principal

Les Chanu cherchent un terrain d’entente pour leur îlot

Caroline et Benoît Chanu possèdent un îlot de 10 ha, situé à 25 km de leur exploitation. Il y a un an, ils ont passé une annonce sur le site echangeparcelle.fr. Depuis, ils espèrent des propositions et lancent un appel aux fournisseurs.

© JP

ll « En ensilage, on compte une benne au kilomètre pour que la machine tourne en continu. Si on est à 10 km, il faut 10 bennes. » Le calcul est simple pour Caroline Chanu, installée en Gaec avec son mari Benoît à Valdallière. Le couple dispose de 51 ha autour du corps de ferme et 10 ha situés au Mesnil-Clinchamps, à 25 km de l’exploitation, hérités des parents de Caroline.

Petites routes et gros matériel
« Nous cultivons 6 ha sur les 10, c’est ce qui correspond à la partie labourable. Mais rouler 25 km pour rapporter du maïs, ce n’est pas envisageable. Les routes de campagne sont petites et le matériel de plus en plus gros. Nous faisons faire le travail par une ETA afin d’y aller le moins possible en tracteur. » De même pour l’épandage, pas question d’acheminer du lisier. « Nous achetons de la fiente de poule. »
Alors, il y a environ un an, Caroline et Benoît Chanu ont déposé une annonce sur le site echangeparcelle.fr. « Nous avons mis tout l’îlot et précisé les 6 ha labourables. Créer l’annonce est assez simple. Le site est un
plus pour toucher d’autres personnes. »
Mais depuis, ils n’ont reçu aucun proposition d’échange. « J’avais vu que ça ne bougeait pas beaucoup dans le coin. Les personnes n’ont pas encore le reflexe internet. Il faut sensibiliser les jeunes », reconnaît Benoît Chanu. Du porte-à-porte
En amont, le mari et la femme ont démarché autour d’eux. « J’ai fait du porte-à-porte dans une vingtaine de fermes. Tout le monde est d’accord sur le principe mais personne n’a enclenché de démarche », regrette Benoît Chanu. En cause, selon les exploitants, le grossissement des fermes ou les terres en location dont les propriétaires pourraient ne pas être d’accord.

Ça marche avec la Chambre
Les Chanu n’en sont pas à leur premier coup d’essai. Ils ont troqué, il y a trois ans, une parcelle grâce à la Chambre d’agriculture du Calvados. « Nous avons échangé, avec un voisin situé à 3 km, une parcelle de 4,3 ha contre une de 3,9 ha. Notre parcelle s’est rapprochée mais nous avons une route à traverser. On espère la modifier en incluant une troisième personne. » Et Caroline Chanu d’ajouter : « il faut savoir perdre d’un côté quand on gagne de l’autre ».

Mobiliser d’autres acteurs
« Les coopératives pourraient s’emparer du sujet, ainsi que les fournisseurs d’approvisionnement. Les commerciaux pourraient influencer les agriculteurs car ils sillonnent le secteur, vont dans les fermes et connaissent toutes les parcelles », concluent Caroline et Benoît Chanu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité