Aller au contenu principal

Les concours: un moyen d'évasion

Le rendez-vous est devenu incontournable pour les éleveurs de Limousine. La foire de Lisieux accueille une centaine de limousines en concours, les 20 et 21 février. Rencontre avec un habitué: Étienne Aubert. “Quand vous allez sur un concours, vous revenez gonflé à bloc !”

le but d'un concours c'est d'avoir un minimum de reconnaissance. Se rendre compte que son animal est loin d'être ridicule c'est la plus belle des choses
le but d'un concours c'est d'avoir un minimum de reconnaissance. Se rendre compte que son animal est loin d'être ridicule c'est la plus belle des choses
© MM

La foire des Lisieux est très appréciée des éleveurs. C'est une foire vieille de 19 ans. C'est un lieu d'échange, de partage pour les éleveurs. Cela permet aussi de montrer les magnifiques animaux que l'on possède sur le territoire normand”, explique Etienne Aubert, président du syndicat de la race Limousine du Calvados.

Cette foire, qui commence à avoir une forte notoriété, est un réel moyen de souffler pour les éleveurs. “C’est un changement de routine, on mange tous ensemble, il y a une excellente ambiance”.

Une panoplie qui attire

Le concours de Lisieux est aujourd’hui reconnu par les éleveurs. “On attire beaucoup de monde, la foire commence à être connue et les gens sont ravis de voir de beaux animaux”, souligne Etienne Aubert. Sur son exploitation, l’éleveur affiche une belle collection de plaques.  Objectif : vendre de la reproduction et accroître sa notoriété. “Pendant 15 ans, on a acheté des bêtes dans le Limousin. Aujourd'hui, nous sommes les vendeurs et eux les acheteurs”

Technique de dressage Souvignet

Participer à un concours est un investissement. Etienne Aubert utilise la méthode de dressage Souvignet. Méthode inventée par un français, elle est basée sur une intervention au sevrage. Elle passe par un respect de l'homme pour une meilleure manipulation de l'animal, sans l'excité. Pouvoir tenir l'animal à la corde sans excitation et risque d'accident est primordial. Un apprentissage de la marche s'en suit. Toutes les bêtes de Etienne Aubert sont attachées deux fois huit heures. “On apprend beaucoup sur le caractère de la vache”. Les bêtes sont totalement manipulables pour les concours et les risques d'accident sont donc quasi inexistants. “Beaucoup d'éleveurs ne le font pas, moi je dirais que oui. Vos bêtes sont totalement calmes et vous pouvez travailler beaucoup plus simplement” Il faut donc faire très attention lors d'achats de vaches ou taureaux.

Éviter les accidents

Une bonne préparation limite les risques. L’éleveur n’en recense qu’un seul. “Je ne faisais pas attention et je me suis pris un coup de sabot. C'était de ma faute, pas celle de la bête. J'ai mis 5 mois à m'en remettre”. Malgré cette mauvaise expérience, Etienne Aubert n'a jamais perdu son optimisme. “Je participe à des concours 7 à 8 fois dans l'année, c'est mon dada”. Même si le moral n'est pas dans la vague du moment, Etienne Aubert invite les éleveurs et le grand public à participer à cette fête. Rendez-vous ce week-end pour se laisser emporter par l'ambiance de la foire de Lisieux.

 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité