Aller au contenu principal

Culture
Les conditions pour réussir son désherbage maïs

Réussir son traitement de prélevée
1. Attention à la préparation de solLes sols trop motteux ou insuffisamment rappuyés sont préjudiciables à la culture : mauvais contact sol - graine, défaut d’enracinement, carence induite… Ces défauts de préparation, ainsi qu’une présence trop importante de débris végétaux à la surface du sol, nuisent aussi à la bonne efficacité des herbicides et à celle des outils de désherbage mécanique.Sur des terres préparées en attente de semis, voire après le semis si le sol est sec motteux et insuffisamment rappuyé, on n’hésitera donc pas à utiliser un rouleau.
2. Un besoin de pluie après le traitementPour une bonne efficacité, les produits appliqués en post semis prélevée nécessitent une humidité suffisante. Les bonnes conditions éventuelles au semis ne suffisent pas et on considère qu’il faut au minimum 10 mm de pluie, dans les 10 à 15 jours suivant l’application, pour obtenir un résultat correct. Si ces conditions risquent de ne pas être réunies, il est préférable de reporter le traitement en post-levée précoce. Jusqu’à 3 feuilles du maïs et sur adventices jeunes (moins de 3 feuilles) on pourra continuer à utiliser dans le programme de traitement les herbicides à action racinaire.

Maximiser l’efficacité et la sélectivité des programmes de post levée précoce
1. Intervenir sur des adventices jeunes (dicots à 3-4 feuilles maxi, graminées à 2-3 feuilles), notamment sur flore difficile.
2. Les produits à action foliaires (sulfonylurées et tricétones) nécessitent un temps “poussant” : hygrométrie > 70 % et températures comprises entre 10 et 25 °C dans les 48 h qui encadrent l’intervention (attention aux fortes amplitudes thermiques).
3. Eviter les mélanges hormones + sulfonylurées anti-graminées, qui comportent plus de risque de phytotoxicité.
4. Limiter l’usage des adjuvants aux cas particuliers recommandés par les fabricants (Laudis ou Auxo avec Actirob B, Biathlon avec Dash ou autre adjuvant, Lontrel avec huile, …).5. Consultez l’étiquette pour les conditions d’emploi spécifiques du produit et vérifiez les possibilités de mélange.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité