Aller au contenu principal

Culture
Les conditions pour réussir son désherbage maïs

Réussir son traitement de prélevée
1. Attention à la préparation de solLes sols trop motteux ou insuffisamment rappuyés sont préjudiciables à la culture : mauvais contact sol - graine, défaut d’enracinement, carence induite… Ces défauts de préparation, ainsi qu’une présence trop importante de débris végétaux à la surface du sol, nuisent aussi à la bonne efficacité des herbicides et à celle des outils de désherbage mécanique.Sur des terres préparées en attente de semis, voire après le semis si le sol est sec motteux et insuffisamment rappuyé, on n’hésitera donc pas à utiliser un rouleau.
2. Un besoin de pluie après le traitementPour une bonne efficacité, les produits appliqués en post semis prélevée nécessitent une humidité suffisante. Les bonnes conditions éventuelles au semis ne suffisent pas et on considère qu’il faut au minimum 10 mm de pluie, dans les 10 à 15 jours suivant l’application, pour obtenir un résultat correct. Si ces conditions risquent de ne pas être réunies, il est préférable de reporter le traitement en post-levée précoce. Jusqu’à 3 feuilles du maïs et sur adventices jeunes (moins de 3 feuilles) on pourra continuer à utiliser dans le programme de traitement les herbicides à action racinaire.

Maximiser l’efficacité et la sélectivité des programmes de post levée précoce
1. Intervenir sur des adventices jeunes (dicots à 3-4 feuilles maxi, graminées à 2-3 feuilles), notamment sur flore difficile.
2. Les produits à action foliaires (sulfonylurées et tricétones) nécessitent un temps “poussant” : hygrométrie > 70 % et températures comprises entre 10 et 25 °C dans les 48 h qui encadrent l’intervention (attention aux fortes amplitudes thermiques).
3. Eviter les mélanges hormones + sulfonylurées anti-graminées, qui comportent plus de risque de phytotoxicité.
4. Limiter l’usage des adjuvants aux cas particuliers recommandés par les fabricants (Laudis ou Auxo avec Actirob B, Biathlon avec Dash ou autre adjuvant, Lontrel avec huile, …).5. Consultez l’étiquette pour les conditions d’emploi spécifiques du produit et vérifiez les possibilités de mélange.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité