Aller au contenu principal

Les coopératives normandes ont accueilli la préfète

Mardi 16 octobre, Coop de France Normandie a invité la préfète de région à visiter trois structures normandes. Fabienne Buccio a pu mesurer l’importance de la coopération agricole régionale.

lll Fabienne Buccio a consacré une journée complète à la coopération agricole normande, mardi 16 octobre. Première étape pour la préfète de Région à la coopérative linière de Villon-les-Buissons. Puis, Coop de France Normandie a emmené le groupe à quelques kilomètres pour un second arrêt à Creully. L’après-midi, c’était au tour d’Isigny-Sainte-Mère d’accueillir la délégation. Chaque visite a fait l’objet d’un focus. « La coopérative de lin est très proche de ses adhérents grâce à sa gouvernance et son accompagnement », dit Jean-Luc Duval. À Creully, le président de la fédération des coopératives normandes a soulevé la question de la séparation de la vente et du conseil aux adhérents : « nous voulons vous exprimer nos inquiétudes sur l’image que certains voudraient donner à nos structures ». Le président rappelle que les coopératives n’incitent pas à l’épandage de produits phytosanitaires, mais conseillent leurs adhérents sur les pratiques agronomiques.  Quant à Isigny-Sainte-Mère, elle est le « fleuron de la coopération normande », qualifie Jean-Luc Duval car, en alliant les AOP laitières et le grand export, elle est créatrice de valeur pour les agriculteurs normands et les marchés internationaux.

Du positif
« J’ai beaucoup apprécié cette journée d’échange, assure Fabienne Buccio, à l’issue du parcours. Le statut coopératif est ancien, mais aussi extrêmement moderne. Il correspond à
l’idée d’associer davantage celui qui apporte le fruit de son travail ». La préfète retient que la Normandie est la première région productrice de lin au monde, un « produit phare, naturel avec un potentiel de développement ». Elle apprécie la mise en place du silo bio à Creully, « vous entendez les souhaits de la population ». Quant à Isigny, Fabienne Buccio salue une entreprise « connue dans le monde entier. Quel chemin parcouru en quinze ans ! »

Et après…
La préfète constate aussi qu’il y a « des choses à faire, nous devons réfléchir ensemble ». Et Jean-Luc Duval de proposer : « nous pourrions organiser la même journée avec les parlementaires normands ». « Nous pourrions nous voir une fois par an, avec la Direction régionale de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt (Draaf) comme cheffe de file, pour que vous nous présentiez le bilan de l’année passée et les résultats espérés à l’avenir », imagine la préfète. Quant au Grand plan d’investissement, il s’agit « d’un bel outil, qui bénéficie à l’ensemble de l’économie agricole », souligne Jean-Luc Duval. Mais le président de Coop de France Normandie rappelle aussi que « le temps administratif et le temps économique ne sont pas les mêmes. Comment gagner en temps et en efficacité sur les dossiers ? » Réponse, peut-être, à la prochaine rencontre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité