Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Orne
Les cultures, ça me botte

Les 29 élèves de la classe de CM1 et de la classe d’intégration scolaire (CLIS) de l’école Victor Hugo de l’Aigle sont partis à la découverte des grandes cultures chez Marc Gegu, à La Chapelle-Viel dans l’Orne.

© AD
Cela faisait bien longtemps que je dormais au fond du placard. Mais ce vendredi 15 juin n’est pas une journée comme les autres. Aux aurores, mon propriétaire, un petit garçon de CM2 de l’école Victor Hugo de l’Aigle me sort de la grande caisse dans laquelle j’étais bien assoupie. Aujourd’hui, il va avoir besoin de sa fidèle paire de bottes. J’entends murmurer qu’il a une sortie scolaire, et qu’il risque de devoir patauger dans la gadoue. Sans demander son reste, il me chausse en vitesse, pour rejoindre l’école de Victor Hugo de l’Aigle. Sur place, nous sommes 29 pointures, de la classe de CM2 et de la classe CLIS, prêtes à monter dans le car, direction la campagne, à un jet de pierre de l’Aigle, à La Chapelle-Viel.
Marc Gegu, l’agriculteur se présente. “Cela fait 28 ans que j’exploite les terres que vous voyez ici. Je suis spécialisé dans les productions végétales, donc vous ne verrez pas d’animaux aujourd’hui, mais je vais vous faire découvrir les cultures qui sont à la base de l’alimentation humaine et animale. L’envie de devenir agriculteur m’est venue de mes parents, qui étaient eux mêmes producteurs. C’est ce qui m’a poussé à reprendre des terres après mon BTS agricole”. Sans tarder, Marc amène les élèves faire le tour des parcelles de l’exploitation.

Un métier technique
Force est de constater que les élèves ne sont pas tous au même niveau de connaissance. Une partie habite en HLM, d’autres habitent à la campagne, et certains ont des parents proches qui sont installés, ou qui travaillent dans des exploitations. Blé, colza, lin, pois, féverole, Marc Gegu va s’attacher à faire reconnaître aux enfants les plantes qu’il cultive, et leurs fonctions. Le blé pour faire la farine, le pois pour l’alimentation des animaux, le colza pour l’huile, ...
M. Prune, le maître de la classe de CM2 observe que “les enfants ont souvent une vision assez décalée de l’agriculture. Au contact des explications de l’agriculteur, des bâtiments et du matériel, ils se rendent compte que le métier est très technique et qu’il est nécessaire de faire des études pour s’installer”.
Déjà 11 h, nous devons rentrer à l’école. C’était court, mais je me suis bien dégourdi les semelles. Je suis même monté dans la cabine de la moissonneuse batteuse. Quand viendra le temps des récoltes, j’aurai une petite pensée pour Marc Gegu, qui devra rentrer bien vite sa production pour la mettre à l’abri de l’humidité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité