Aller au contenu principal

Jean-Marie Colléony (DDTM Orne)
Les éleveurs bovins ont du mal à faire la soudure

Jean-Marie Colléony, directeur de la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) était ce dimanche le président du jury de la finale ornaise de labour. Entre deux sillons, il commente l’actualité agricole.

“En moyenne, les rendements céréaliers sont plutôt corrects avec malgré tout de fortes disparités. En maïs, ils seront meilleurs que ce que l’on craignait. Il faut cependant attendre encore quelques semaines et la fin de la saison de pâturage pour mesurer le déficit fourrager global”. 
“En moyenne, les rendements céréaliers sont plutôt corrects avec malgré tout de fortes disparités. En maïs, ils seront meilleurs que ce que l’on craignait. Il faut cependant attendre encore quelques semaines et la fin de la saison de pâturage pour mesurer le déficit fourrager global”. 
© TG
Votre sentiment sur le savoir-labourer ornais ?
Ce n’est que ma deuxième année de jugement mais c’est un bon cru. Même si j’ai beaucoup délégué aux autres membres du jury, j’ai fait mon tour des parcelles. J’y ai constaté des travaux de très grande qualité.

Cette fête de l’agriculture, c’est un peu la rentrée syndicale agricole. Quelle actualité retient votre attention ?
Le dossier “calamités” bien sûr. Nous sommes en phase de recueils terrain sur les parcelles de maïs pour vérifier les pertes en fourrage. Il semble que les données soient un peu moins mauvaises que ce que l’on craignait au printemps. Malgré cela, ça reste une seconde année difficile pour les éleveurs. Voilà le premier sujet de préoccupation des services de l’Etat.

L’agriculture a-t-elle retrouvé le moral ?
Pour les producteurs de lait, la conjoncture s’est améliorée mais j’insiste sur ce point noir : les éleveurs bovins ont du mal à faire la soudure entre le coût des intrants et le prix de sortie de la viande.

Changement de préfet à la tête du département. Joël Bouchité est un homme sensible aux questions agricoles?
Dès sa première semaine, Monsieur le Préfet a commencé à rencontrer les OPA (Organisation Professionnelle Agricole). Il s’agit même d’un dossier prioritaire avec la venue du Premier Ministre et du Ministre de l’Agriculture ce vendredi dans notre département. J’ajouterai également, pour y avoir assisté, que son prédécesseur l’a bien briffé sur la situation et l’importance de l’agriculture ornaise. On l’a vu d’ailleurs aujourd’hui à cette fête de l’agriculture et au comice agricole de Moulins-la-Marche. Il va poursuivre dans ce sens.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité