Aller au contenu principal
Font Size

Etude
Les éleveurs de moins de 50 ans ont des exploitations et des troupeaux plus grands

Quelles seront les caractéristiques des exploitations normandes d’ici 2020 ? Pour le savoir, le Pôle Economie et Prospective des Chambres de Normandie a étudié le profil des exploitations des agriculteurs de moins de 50 ans. Avec des éleveurs plus jeunes, des exploitations plus diversifiées et avec plus de salariés, de nouvelles formes d’organisation du travail se profilent pour 2020.

Les éleveurs laitiers normands de moins de 50 ans ont des exploitations plus grandes que leurs aînés et que la moyenne régionale : 111 hectares contre 99 hectares pour les élevages laitiers normands. Leurs troupeaux sont également de taille plus importante, avec en moyenne 62 vaches laitières alors que la moyenne régionale est de 56 vaches laitières pour l’ensemble des éleveurs laitiers. Niveau assolement, les “jeunes éleveurs” normands ont moins de prairies, dédiant ainsi plus de surfaces au maïs et à un atelier de cultures de vente.Parmi les exploitations laitières normandes ayant au moins un “jeune exploitant”, 2 000 ont des salariés, soit 29 % d’entre elles : c’est légèrement plus que la moyenne de l’ensemble des laitiers (27 %). Cependant, si plus d’exploitations ont des salariés, la part de la main-d’œuvre salariale dans l’exploitation n’est pas plus importante dans les exploitations ayant un “jeune exploitant” : l’augmentation du nombre d’UTA par exploitation vient de la hausse du nombre d’UTA familiales (tableau 1).

Les “jeunes éleveurs” sont plus diversifiés

A la tête d’exploitations de plus grande taille, les jeunes éleveurs sont également plus diversifiés. La fin de l’élevage laitier spécialisé de leurs aînés ? Pas forcément, car si les exploitations sont certes plus diversifiées, celles-ci comptent en général plusieurs associés, où chacun est spécialisé sur un atelier. Mais la combinaison de plusieurs ateliers au sein d’une même structure la consolide.Ainsi, plusieurs tendances se dégagent. Les “jeunes éleveurs” mettent en place des ateliers d’engraissement de jeunes bovins, produisent des veaux de boucherie, font de l’élevage de granivores et/ou dédient une part importante aux cultures de vente. Alors que près de 90 % des éleveurs qui font du lait avec des grandes cultures et engraissent des jeunes bovins ont moins de 50 ans, seulement la moitié des éleveurs laitiers spécialisés ont moins de 50 ans. Les exploitants de moins de 50 ans sont moins présents dans le système lait spécialisé : seule la moitié des exploitations en comptent un.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité