Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Manif régionale à Saint-Lô
Les éleveurs demandent des aides

80 éleveurs, venus de toute la Basse-Normandie, ont manifesté leur colère dans les magasins saint-lois, samedi dernier.

Contrôles des rayons pour surveiller les prix et regarder la présence d’éventuelles marchandises étrangères.
Contrôles des rayons pour surveiller les prix et regarder la présence d’éventuelles marchandises étrangères.
© E.C.
14 h 30, samedi. Peu à peu les voitures arrivent sur le parking de la Maison de l’Agriculture, à Saint-Lô. Ils viennent des trois départements bas-Normands. Ils ? Des producteurs de porcs qui en ont réellement ras la casquette des crises à répétition. Problème, la dernière se positionne sur l’augmentation des coûts, eux-mêmes liés à la flambée du cours des céréales et une diminution des cours. Comme l’indique Serge Deslandes, Yvan Fourré et Dominique Jouandet, respectivement président de la section porc FDSEA 50, membre du conseil d’administration de la FNP et président de la section porc FDSEA 61, “sur les neuf premiers mois de l’année, le prix du porc a reculé de 10% par rapport à 2006. Aujourd’hui, nous en sommes aux environs de 1,069 euro/kilo”. Place à l’action Après le briefing des troupes, place à l’action. Les éleveurs se sont dirigés vers “Carrefour” et “Intermarché”, deux enseignes de la distribution saint-loise. “Nous voulons faire comprendre aux centrales d’achat qu’une remontée des cours passe par une hausse de prix aux consommateurs”. Calmement, mais fermement, les manifestants ont contrôlé la provenance et les prix dans les rayons, afin d’entamer une discussion avec les chefs de rayon “produits frais”. Dans le même temps, les éleveurs distribuaient des tracts à la clientèle pour leur faire comprendre le péril de leur situation. Distorsion Dans les différentes interventions, les responsables agricoles FRSEA et CRJA ont aussi mis en exergue une distorsion de concurrence avec les USA. “Il existe désormais deux filières d’alimentation. L ’une avec OGM, l’autre sans. Le prix du maïs utilisé en France fait que nous ne sommes plus compétitifs à l’exportation sur le porc”. Sortir de la crise Pour sortir de la crise, les FDSEA et la FRSEA demandent des mesures d’urgence. “Pour un élevage de 170 truies naisseur-engraisseur, la perte s’élève à plus de 78 000 euros”. Et d’enfoncer le clou, “nous devons obtenir des restitutions à l’export; Par ailleurs, le potentiel de production étant trop abondant, compte tenu du marché à l’exportation, mise en place de retrait de porcelets du marché s’avère indispensable pour assainir la situation”. Dernier point, les éleveurs demandent aussi des mesures de soutien. “Les trèsoreries sont très tendues, nous demandons la prise en charge, du moins le report, des cotisations sociales, un report des annuités avec une prise en charge des annuités au travers du FAC. Enfin, une extension des ouvertures de crédit pourrait être envisagée afin de pallier l’augmentation des charges de structures”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité