Aller au contenu principal
Font Size

Restructuration betteravière
Les entrepreneurs de travaux agricoles seront indemnisés s’ils se font connaître

Les entrepreneurs de travaux betteraviers doivent se faire connaître auprès de la structure locale de représentation des entrepreneurs avant le 31 janvier 2008, date limite de dépôt par chaque usine de son plan de restructuration

Les entrepreneurs qui assurent ces travaux vont supporter le choc d’une baisse de chiffre d’affaires en travaux betteraviers pour certains, voire la cessation de toute activité pour d’autres en fonction de la diminution de la production ou de l’abandon de la production dans leur région par les usines.
Les entrepreneurs qui assurent ces travaux vont supporter le choc d’une baisse de chiffre d’affaires en travaux betteraviers pour certains, voire la cessation de toute activité pour d’autres en fonction de la diminution de la production ou de l’abandon de la production dans leur région par les usines.
© S. Leitenberger
Grâce à l’intervention de la Confédération Européenne des Entrepreneurs de Travaux Techniques Agricoles et Ruraux, le règlement européen n° 320/2006 prévoit que les entrepreneurs de travaux agricoles ayant réalisé des travaux facturés pour le compte de planteurs recevront une indemnité pour compenser leurs pertes en particulier celles liées à la dépréciation des machines.

Les entrepreneurs de travaux agricoles français récoltent près de 190 000 hectares sur environ 378 000 hectares ensemencés en 2006 soit de 50 à 90 % de la surface totale selon les bassins (sources CIPS et  enquête ETA ITB 2006).

Les entrepreneurs qui assurent ces travaux vont supporter le choc d’une baisse de chiffre d’affaires en travaux betteraviers pour certains, voire la cessation de toute activité pour d’autres en fonction de la diminution de la production ou de l’abandon de la production dans leur région par les usines.

Les pertes des entrepreneurs sont constituées par l’arrêt des machines et équipements betteraviers de semis, d’arrachage, de débardage et de déterrage de plusieurs dizaines de milliers d’hectares avec ses conséquences financières, humaines et économiques pour les entreprises. Les pertes estimées représentent, compte tenu de la surface abandonnée l’arrêt d’une centaine de machines et la perte d’activité pour  cent cinquante conducteurs.

Les modalités de répartition de cette aide et les conditions d’éligibilité des bénéficiaires sont en cours de définition par le Ministère de l’Agriculture après consultation des organisations professionnelles dont la Fédération Nationale Entrepreneurs Des Territoires. Elles feront prochainement l’objet de textes d’application.

La Fédération invite chaque entrepreneur réalisant des travaux betteraviers à prendre contact avec ses collègues de manière à coordonner dans chaque bassin betteravier une représentation collective des entrepreneurs vis-à-vis des usines, des planteurs et de l’administration. Enfin, la Fédération, en relation avec le Ministère de l’Agriculture et l’Onigc veille au respect des intérêts des entrepreneurs qui vont devoir constituer leur dossier d’indemnisation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité