Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

CPE
Les grévistes au repos !

La vague de protestation contre le Contrat Première Embauche (CPE) touche également les établissements agricoles. Le lycée du Robillard a ainsi fermé ses portes jusqu´à lundi prochain.

Il est 15 h 30. Les élèves sont nombreux dans les locaux de la vie scolaire. Le proviseur du lycée a en effet décrété la fermeture du lycée jusqu´à lundi. Les élèves, dont 85 % sont internes, doivent retourner dans leurs foyers. De quoi occuper le personnel de l´établissement, même si aucun cours n´est assuré. Les enseignants réorganiseront également les examens que certains élèves passaient actuellement.

Fermeture jusqu´à lundi
"Nous avons pris cette décision par mesure de sécurité. De nombreux élèves sont mineurs. 60 % des jeunes n´étaient pas en classe mardi matin. La pression est montée jusqu´au blocage total. Paradoxalement, la mobilisation était plus forte dans le secondaire que chez les BTS" indique Anne Detaille, proviseur adjoint du lycée agricole du Robillard.
La grève a été votée mardi matin dans une assemblée générale qui a rassemblé environ 300 lycéens. Les trois quarts des personnes présentes l´ont approuvée. Mais, le blocus du lycée est effectif depuis le début des cours. Des bottes de pailles sont, en effet, "mystérieusement" apparues pendant la nuit. En terme de barrage, les lycéens agricoles ne semblent pas avoir de leçon à recevoir de leurs camarades de l´enseignement général.

Crainte d´un développement
de la précarité
"Jusqu´à maintenant le lycée n´a pas bougé. C´est certain qu´ici, une manifestation contre la PAC, est plus porteuse. Cependant, nous sommes également concernés par le Contrat Première Embauche. Tous les élèves du lycée ne s´installeront pas. Certains travailleront dans le para agricole, par exemple comme commerciaux. Pour eux le CPE, c´est une grande précarité. Nous avons donc décider manifester " insiste Brice Divaret, délégué des lycéens. L´action aura été de courte durée. Les grévistes ont cessé leur blocus dès mardi, puisqu´il n´y avait plus personne à bloquer... "L´immense majorité des élève est interne. N´ayant personne sur place, la mobilisation est difficile" précise le représentant des lycéens. Les manifestants sont déçus. Ils pourront néanmoins se consoler en profitant d´un long week-end.
V.M.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité