Aller au contenu principal

Les jeunes agriculteurs ont un contrat avec le GDS

Aline de Saint-Aubin et Hervé Harivel se sont installés en 2012. Pour constituer totalement leur troupeau, ces jeunes agriculteurs se sont appuyés sur l’expertise du GDS. À la clé : un développement du BVDévité sur la ferme. Le Conseil général soutient financièrement la démarche.

© VM

Quand Hervé Harivel a monté son dossier de prêt, son banquier lui a demandé d’aller voir un cardiologue. Histoire de limiter les risques. Dans cette même logique, sa sœur et lui ont sécurisé leur installation avec l’aide du GDS. Seule différence, leur démarche est volontaire. “Notre troupeau a été reconstitué en 2012. Nous sommes partis de zéro”, explique Aline de Saint-Aubin. Les éleveurs ont acheté leurs bêtes dans une dizaine d’exploitations. Soit une centaine d’animaux au total. “Nous avons également acquis des veaux de 15 jours pour faire des génisses et que cela corresponde au taux de renouvellement”, précisent-ils.

Une assurance
Les deux jeunes agriculteurs connaissent le risque sanitaire de constituer un cheptel, avec des animaux de diverses origines. “Le GDS nous a épaulés et rassurés”, souligne l’agricultrice. Et d’une certaine manière, le Groupement de Défense Sanitaire les a assurés. Avec le contrat jeune installé, 100 % des prises de sang sont financées. Lors de leurs achats, Aline de Saint-Aubin et Hervé Harivel ont tout contrôlé : BVD, fièvre Q ou néosporose. Mais ces analyses ne rendent pas le suivi du GDS inutile. “Nous avons eu un veau né le 3 mai et mort le 25 d’une diarrhée fulgurante. Un second est mort quelques jours plus tard. On nous a conseillé de tester tous les veaux issus de vaches achetées. Nous nous sommes aperçus que les deux veaux morts étaient positifs au BVD. Leurs mères avaient été acquises dans la même exploitation et étaient pourtant négatives”.

Un protocole mis en place
Le suivi du GDS a permis la mise en place d’un plan BVD sur la ferme. Tous les veaux sont restés en niche, tant que le résultat du dépistage n’était pas connu. Les animaux, mis à la reproduction, ont été mis à la vaccination pour éviter l’infection des fœtus.
Avec cette démarche, Aline de Saint-Aubin et Hervé Harivel se sont évité de futures difficultés. Peu de jeunes installés ont pourtant recours aux services du GDS. En partie à cause d’un manque d’information lors du parcours à l’installation : “dans notre cas, c’est un ami qui nous a vivement conseillé d’adhérer à la caisse coup dur”.

Manque d’informations
Ce possible accompagnement reste méconnu, mais peut s’expliquer... L’implication du GDS peut en effet contrarier un arrangement financier avec un cédant. Le niveau sanitaire d’un troupeau impacte, en effet, sa valeur financière. Aux futurs installés, Aline de Saint-Aubin et Hervé Harivel ont donc une recommandation : “n’oubliez pas le GDS, vous dormirez mieux !”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité